Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

La rentrée scolaire au Pays Basque : le stress dans les écoles menacées d'une fermeture de poste

lundi 3 septembre 2018 à 5:55 Par Nathalie Bagdassarian, France Bleu Pays Basque

La rentrée est synonyme de "comptage des élèves" dans une trentaine d'écoles du département. Une dizaine au Pays Basque sont concernées. Elles attendent de savoir si elles auront une ouverture ou une fermeture de classe. Ce sera selon les effectifs.

A Boucau, l'école maternelle Elisa Lassalle  menacée d'une fermeture de classe
A Boucau, l'école maternelle Elisa Lassalle menacée d'une fermeture de classe © Radio France - Nathalie Bagdassarian

Pays Basque, France

En ce jour de rentrée, les inspecteurs de circonscription de l'Education nationale vont faire le tour des écoles .Ils vont tout simplement compter les élèves afin de savoir si un poste doit être ouvert ou fermé. Ces écoles ont été listées en février dernier lorsque l'Inspecteur d'Académie, Pierre Barrière a élaboré la carte scolaire. 3 postes ont été attribués au département des Pyrénées Atlantiques. Le nombre d'élèves est pratiquement stable " à une centaine prés" selon l'Inspecteur d'Académie. Au Pays Basque, prés de 17 000 élèves sont enregistrés dans le primaire. Mais certains devront peut-être changer d'école cette semaine si un poste est supprimé.

A Boucau, un poste menacé de fermeture

Cette rentrée est loin d'être sereine à l'école maternelle Elisa Lassalle à Boucau.

En février dernier, le couperet est tombé. Le nombre des élèves était en dessous du seuil des 60 exigé pour maintenir les 3 classes. L'Inspecteur d'Académie l'a coché sur sa liste pour fermer un poste. L'école est située pourtant dans un quartier où la mixité sociale est grande et des enfants porteurs de handicap y sont scolarisés. "Des logements sont en train de sortir de terre. Des familles vont arriver, ils ne faut pas fermer une classe, je me bats pour la garder" assure le maire de Boucau ,Francis Gonzalez. Les parents d'élèves aussi sont mobilisés."C'est absurde de décider de supprimer un enseignant à 1 ou 2 élèves prés. Une politique du chiffre qui n'a rien de pédagogique" regrette Françoise Sabatier, de l'association des parents d'élèves. 

"Les 3 enseignants s'entendent bien. Ils travaillent ensemble depuis plus de 10 ans et forment " une bonne équipe" reconnaît le maire. "On a 57 inscrits, on sera là avec l'équipe municipale, le jour de la rentrée pour assurer aux parents que l'on fait tout pour garder ce poste. On expliquera à l'Inspecteur que cette maternelle est indispensable pour la vie du quartier et le bien-être des enfants. "  ajoute le maire, Francis Gonzalez.

Si le poste est supprimé, c'est une enseignante qui devra partir, du jour au lendemain. Dans le reportage ci-dessous , elle confie tout le stress que cela engendre.

"C'est déstabilisant de ne pas savoir si je vais rester dans cette école, si je vais devoir partir du jour au lendemain"

Les 3 enseignants de l'école Elisa Lassalle à Boucau - Radio France
Les 3 enseignants de l'école Elisa Lassalle à Boucau © Radio France - Nathalie Bagdassarian
" Nous devons garder cette école maternelle à 3 classe"- Francis Gonzalez- maire de Boucau - Radio France
" Nous devons garder cette école maternelle à 3 classe"- Francis Gonzalez- maire de Boucau © Radio France - Nathalie Bagdassarian