Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

La reproduction des cétacés en captivité n'est pas interdite, décide le Conseil d'État

lundi 29 janvier 2018 à 15:59 - Mis à jour le lundi 29 janvier 2018 à 17:24 Par Laure Debeaulieu, France Bleu Azur et France Bleu

L'arrêté ministériel pris en mai dernier et interdisant la reproduction des dauphins et orques en captivité a été annulé ce lundi par le Conseil d'État. C'est le soulagement au Marineland d'Antibes.

Les orques du parc Marineland d'Antibes
Les orques du parc Marineland d'Antibes © Maxppp - .

Antibes, France

L'ancienne ministre de l'environnement Ségolène Royal avait pris cet arrêté quelques semaines avant de partir, en mai 2017.

Il interdisait la reproduction des cétacés vivant en captivité. Il signifiait à terme, la fin des parcs animaliers.

Le Conseil d'État, estimant que cet arrêté a été pris au terme d'une procédure irrégulière, a donc tranché et décide de l'annuler. 

Une "excellente nouvelle" pour Marineland

Du côté d'Antibes, les dirigeants et les soigneurs du parc azuréen Marineland qualifient cette décision "d'excellente nouvelle". 

Pascal Picot, le directeur général du parc, estime que cette décision est  "positive pour la santé et le bien-être des dauphins et la conservation des espèces". 

"Il est important que les modifications significatives de la réglementation qui s’applique aux animaux que nous hébergeons soient basées sur des faits scientifiques et soient adoptées conformément aux exigences légales."

Plusieurs associations de défense et de protection des animaux demandent la fermeture des parcs animaliers. Elle avaient soutenu l'arrêté d'interdiction devant le Conseil d'État le 12 janvier dernier. Le rapporteur public, quant à lui, avait avancé un vice de procédure.