Faits divers – Justice

La responsable de l'association AIDES, convoquée au commissariat, témoigne et se dit inquiète

Par Germain Treille, France Bleu Mayenne samedi 14 janvier 2017 à 8:00

Campagne de prévention (Illustration)
Campagne de prévention (Illustration) - Association AIDES

Une campagne de lutte contre le sida visée par 3 plaintes à Laval, une enquête ouverte, Muriel Briffault, coordinatrice du mouvement pour le grand Ouest, n'en revient toujours pas.

L'enquête policière est close. Le Procureur a le dossier sur son bureau et doit désormais trancher : donner ou pas des suites judiciaires à cette affaire. Muriel Briffault a été entendue par la police début janvier. Elle ne s'y attendait pas dit-elle à France Bleu Mayenne : "j'ai déjà été surprise quand j'ai appris que des plaintes avaient été déposées. Deuxième surprise c'est d'apprendre que le Procureur donnait suite. Très rapidement, on nous a demandé de retirer les affiches. C'est le Parquet. Ce à quoi on a dit qu'on ne le ferait pas. D'une part cette campagne n'est pas dans l'illégalité et d'autre part nos locaux ont fait l'objet de jets de peinture et donc nous sommes les victimes à ce jour. Et puis tant qu'on n'est pas accusé de quelque chose, on est présumé innocent. Je ne vois pas pourquoi on irait changer nos affiches".

La campagne d'affichage incriminée - Aucun(e)
La campagne d'affichage incriminée - Mathieu César

La campagne d'affichage met en scène des couples nus, homos et hétéros. Ce sont des habitants, qui vivent à proximité des locaux de AIDES à Laval, qui ont porté plainte au motif d'"une diffusion d'un message violent ou pornographique contraire à la dignité". Muriel Briffault se dit très inquiète : "on sait qu'il y a un lien très fort entre l'homophobie régnante dans un pays et l'accès aux soins. Plus les gens se sentent rejetés, moins ils vont prendre soin d'eux".

.