Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

La Riche : plainte contre l'INRA après le décès d'une chercheuse dû à la maladie de Creutzfeldt-Jakob

-
Par , France Bleu Touraine, France Bleu

Les obsèques d'une chercheuse de l'INRA de 33 ans se déroulent ce mardi à La Riche. Elle est décédée après avoir contracté la variante humaine de la maladie de la vache folle lors d'une manipulation. Sa famille porte plainte contre l'Institut pour manquements à la sécurité.

Les obsèques de la chercheuse ont lieu ce mardi à La Riche
Les obsèques de la chercheuse ont lieu ce mardi à La Riche © Maxppp - Pierrick Delobelle/La Montagne/Maxppp

La Riche, France

Une famille de La Riche près de Tours en Indre-et-Loire, porte plainte contre l'INRA (Institut National de Recherche Agronomique) pour "homicide involontaire". Emilie Jaumain Houel avait 33 ans, et ses obsèques auront lieu ce mardi après-midi à La Riche. Cette chercheuse de l'INRA, en région parisienne, est décédée de la maladie de Creutzfedt-Jacob, la forme humaine de la maladie de la cache folle,  contractée accidentellement lors d'une manipulation dans son laboratoire de recherche en 2010.

La plainte, transmise au parquet de Versailles, dénonce des "manquements à la sécurité" au sein de l'unité de recherche en virologie et immunologie moléculaire, à Jouy-en-Josas (Yvelines), où la chercheuse a travaillé sur les maladies dites à prions, dont fait partie Creutzfeldt-Jakob. Le parquet a confirmé avoir reçu cette plainte et précise examiner l'opportunité d'ouvrir une enquête. L'INRA, de son côté, fait part de sa "très grande tristesse" après l'annonce du décès de la chercheuse. L'Institut estime qu'il est "essentiel de comprendre les causes de la maladie".  

Des manquements en matière de sécurité ?

La jeune femme, qui a travaillé à l'Inra de 2009 à 2012, s'était coupée le doigt le 31 mai 2010 en manipulant un échantillon infecté, un incident alors reconnu comme un "accident de service", selon la plainte.  "Il n'y a absolument aucun doute sur le lien direct entre la blessure qu'elle a subie en 2010 et son décès aujourd'hui",  affirme l'avocat de la famille Me Julien Bensimhon.  "La famille a souhaité porter plainte parce qu'il y a eu énormément de manquements en matière de sécurité", ajoutant qu'"elle n'aurait pas dû être piquée, contaminée, si les procédures de sécurité avaient été respectées". Selon la plainte, la chercheuse aurait notamment dû porter "des gants anti-coupures" et non "en latex", et elle n'a été décontaminée qu'environ 20 minutes" après avoir été blessée, peut-on lire dans la plainte.