Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

La Roche-sur-Yon : enquête ouverte après l'agression d'une jeune transgenre place Napoléon

-
Par , France Bleu Loire Océan

Le parquet de La Roche-sur-Yon a ouvert une enquête, après l'agression d'une jeune transgenre dans le nuit de samedi à dimanche place Napoléon, en plein centre-ville. Les agresseurs lui ont porté des coups et auraient proféré des propos homophobes.

La place Napoléon sous le cagnard, jeudi soir.
La place Napoléon sous le cagnard, jeudi soir. © Radio France - Marc Bertrand

Vendée, France

Une jeune Yonnaise transgenre de 21 ans a porté plainte dimanche soir après avoir subi ce qu'elle affirme être une agression transphobe, le même jour sur la place Napoléon en plein centre-ville de La Roche-sur-Yon. Ce soir-là, Guilian est avec des amis quand elle est invectivée par un groupe d'individus, puis rouée de coups de poing et de pied par deux d'entre eux. Les amis de la victime ont appelé la police et les pompiers, qui l'ont emmenée à l'hôpital. 

Des propos homophobes auraient été tenus

Sur Facebook, le témoignage de la victime a été très partagé. Elle y indique avoir été agressée "parce que j'assume ce que je suis, c'est-à-dire une personne transgenre". Le parquet de La Roche-sur-Yon a ouvert une enquête pour "violences en réunion en raison de l'orientation sexuelle". Le vice-procureur Yannick Le Goater indique que "des propos homophobes auraient été tenus lors de l'agression". Et que "l'affaire suit son cours". La place Napoléon dispose de caméras de vidéosurveillance.

Les blessures de la victime sont superficielles, des douleurs au visage et au coude gauche. Ils justifient trois jours d'interruption totale de travail, selon le médecin légiste qui l'a examinée. Le maire de La Roche-sur-Yon, Luc Bouard, a réagi mercredi matin : "L’agression d’une personne, liée à l’orientation sexuelle, la couleur de peau, la religion, c’est infâme, lâche, et doit appeler une réponse forte", affirme Luc Bouard sur Twitter. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu