Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

SAS Corbet : l'entreprise condamnée car elle mettait de l'eau dans son vin

mercredi 2 novembre 2016 à 15:58 Par Christophe Tourné, France Bleu Bourgogne et France Bleu

La SAS Corbet de Morey-Saint-Denis (21) a été condamnée ce mercredi à 20.000 euros d'amende pour avoir commercialisé du vin non-conforme à la réglementation. L'affaire avait été révélée après un contrôle de la répression des fraudes en 2012. L'entreprise est spécialisée dans le négoce de vins.

cuves (illustration)
cuves (illustration) © Maxppp - Christian Watier

Morey-Saint-Denis, France

Le tribunal correctionnel de Dijon a rendu ce mercredi son jugement au sujet de l'affaire de vins de table non-conformes à la réglementation. Ces vins sont commercialisés par la société Corbet à Morey-Saint-Denis, en Côte-d'Or.

En 2012, des analyses avaient montré un mouillage du vin, à hauteur de 15 et 20% par ajout d'eau. À l'audience en septembre dernier, ni le président de la société, ni ses deux œnologues n'avaient pu expliquer une telle anomalie.

Lors du procès, des amendes allant de 3.000 à 50.000 euros avaient été requises. La SAS est finalement condamnée à verser 20.000 euros d'amende.

Partie civile dans cette affaire, le Bureau interprofessionnel des vins est débouté. En revanche, la société Corbet devra verser 1.500 euros à l'association de consommateurs "UFC Que Choisir". Elle devra en outre s'acquitter de 500 euros pour frais de procès. L'affaire avait éclaté suite à un contrôle de la répression des fraudes en 2012. Des irrégularités avaient été constatées sur deux des quatre cuves de la SAS Corbet.