Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

La SAS Murtoli à nouveau devant la Justice

jeudi 28 septembre 2017 à 7:30 Par Hélène Battini et Alexandre Sanguinetti, France Bleu RCFM

La société, dirigée par Paul Canarelli et qui gère le domaine de luxe de l'extrême sud, avait été condamnée en décembre 2016, après des travaux qui ont causé des atteintes à des espèces végétales et animales protégées.

Le domaine de Murtoli
Le domaine de Murtoli © Maxppp - maxppp

Corse, France

L'audience, qui s'est tenue ce mercredi devant la cour d'appel de Bastia, visait à évaluer les mesures prises par la société pour la remise en état des sites dégradés. Il s'agit principalement d'une dune et d'une piste traversant une zone humide. Différents agents des services de l’État, entre autres, sont venus témoigner des actions menées sur ces zones. Par exemple, la mise en place de ganivelles pour préserver la dune - creusée et dont le sable a été utilisé dans des travaux. La SAS Murtoli a décidé de préserver l'ensemble du massif dunier, six hectares au lieu des 3 000 m² prévu par l'injonction de la justice. Une action qui va donc au-delà des préconisations de la DREAL, de la DDTM et de la police de l'eau.

Ces derniers approuvent donc les efforts fournis par la SAS Murtoli, tout en reconnaissant qu'une remise en état prendra du temps, des années, peut-être une décennie. Tout ce qui pouvait être fait, dans l'immédiat, l'a été, assure par exemple, le représentant de l'agence française de la biodiversité, qui demande, avec ses collègues, que des contrôles biannuels soient réalisés sur le site.

Au final, la défense du domaine de Murtoli demande une dispense de peine. L'avocat général a requis une amende de 50 000 € et une remise en état des lieux dans les trois mois, sous astreinte de 500 € par jour d'inexécution. La cour d'appel rendra sa décision le 8 novembre prochain.