Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Pyrénées-Atlantiques : la sénatrice Frédérique Espagnac visée par une plainte pour harcèlement moral

-
Par , France Bleu Béarn, France Bleu Pays Basque

INFO FRANCE BLEU BEARN. La sénatrice Frédérique Espagnac est accusée par son assistante parlementaire, une femme de 48 ans, de harcèlement moral. Cette dernière a déposé une plainte aux prud’hommes. La sénatrice se dit surprise.

Frédérique Espagnac, sénatrice des Pyrénées-Atlantiques.
Frédérique Espagnac, sénatrice des Pyrénées-Atlantiques. © Maxppp - Quentin TOP

Pau, France

Frédérique Espagnac, sénatrice des Pyrénées-Atlantiques, est visée par une plainte pour harcèlement moral. Son assistante parlementaire, une femme de 48 ans, habitante du Pays Basque, a déposé une plainte auprès du conseil des prud’hommes de Paris pour harcèlement moral. Cette salariée travaille pour la sénatrice depuis 3 ans au sein de sa permanence parlementaire à Pau, elle a été embauchée en CDI en mars 2016. Jointe par France Bleu Béarn, la sénatrice réfute ces accusations et affirme n'avoir reçu pour le moment aucune plainte. Frédérique Espagnac se dit "sous le choc".

"Une communication exclusivement par SMS"

France Bleu Béarn s'est procuré la plainte de la collaboratrice de Frédérique Espagnac où elle dénonce "des méthodes de management inacceptables". Elle affirme que la sénatrice communique exclusivement par SMS, quasiment jamais au téléphone, et que les rencontres physiques sont aussi extrêmement rares. Selon la collaboratrice, depuis sa réélection en 2017, la sénatrice ne s’est rendue que "3 fois à sa permanence de Pau, dont une fois pour son déménagement" et qu’à chaque fois les deux femmes ne se sont quasiment pas parlées. La sénatrice demanderait même à son assistante parlementaire de déposer des documents dans la "boîte aux lettres de sa permanence pour lui éviter d’y entrer alors qu'elle passait en coup de vent". La sénatrice donnerait des consignes floues et ambiguës, par texto, et dès que son assistante demande des précisions, s’en suivent des colères noires de sa patronne. 

Qualifiée "d'incompétente" par sa patronne

La sénatrice l’aurait aussi dénigrée devant une autre assistante qui confirme. Elle l'aurait qualifiée "d’incompétente" et déclarée "que le mieux serait qu’elle parte". Cette autre assistante parlementaire a travaillé quelques mois pour Frédérique Espagnac qui a mis fin à sa période d'essai, elle témoigne en la faveur de la plaignante. Elle explique "qu'il fallait se battre pour réussir à obtenir des arbitrages et pour réussir à la voir. Je n'ai jamais compris comment il était possible pour ma collègue de réussir à travailler sans jamais voir sa supérieure des semaines durant". 

Selon elle, la sénatrice refuse quasi systématiquement ses demandes de congés, l’isole et la dénigre. L'employée explique par exemple qu'entre le 1er janvier et le 30 septembre 2019 elle n'a pu prendre que 4 jours de congés.

Obligée de travailler sans chauffage

La collaboratrice dénonce aussi des conditions inacceptables pour travailler. La sénatrice refuserait d’engager quelqu’un pour faire le ménage dans la permanence, c’est donc l’assistante qui doit s'en charger, acheter des produits et la parlementaire refuserait de la rembourser. L'assistante parlementaire aurait même dû en décembre dernier, travailler sans chauffage. Le gaz avait été coupé au sein de la permanence à cause de factures impayées. À bout, elle a été placée à plusieurs reprises en arrêt maladie. Depuis fin avril, elle n'est pas retournée à son travail. Elle demande au conseil des prud’hommes qu'il résilie son contrat de travail aux torts et griefs de l'employeuse. Elle réclame aussi 30 000 euros de dommages et intérêts pour le préjudice subi. 

"Je suis tombée de ma chaise en l'apprenant. C'est un choc" - Frédérique Espagnac

La sénatrice des Pyrénées-Atlantiques réfute ces accusations. "Ma collaboratrice est en arrêt maladie depuis quelques temps, à plusieurs reprises je lui ai demandé si tout allait bien, je n'ai pas eu de réponse", affirme la parlementaire. "Je l'ai appris par voie de presse c'est une surprise bien sûr, c'est un choc. Je ne sais pas si c'est elle ou si c'est quelqu'un qui l'influence... c'est possible je n'en sais rien j'attends de voir. De recevoir cette plainte pour savoir ce qu'on me reproche exactement", nous a confié Frédérique Espagnac.  

La réaction de Frédérique Espagnac

Choix de la station

France Bleu