Infos

La sixième requête en révision rejetée dans l'affaire Mis et Thiennot

Par Gaëlle Fontenit, France Bleu Berry lundi 16 mars 2015 à 17:34

Le comité de soutien Mis et Thiennot  s'était déplacé en nombre à Paris pour l'examen de sa requête.
Le comité de soutien Mis et Thiennot s'était déplacé en nombre à Paris pour l'examen de sa requête. © Radio France-Gaëlle Fontenit

La déception pour le comité de défense est énorme ce lundi. La commission de révision des condamnations pénales a rejeté la requête présentée par ses avocats. Mais la décision des juges était à peine rendue que déjà, le comité s'organisait pour déposer, dans les années qui viennent, une septième requête.

"La commission rejette la requête en révision dans l'affaire Mis et Thiennot" . Il aura fallu moins de quatre minutes aux trois juges réunis dans une salle minuscule de la cour de révision à Paris pour annoncer son jugement. Sur le banc, Eric et Thierry, les deux fils de Gabriel Thiennot, encadrent leur mère, Jeannine, assommée par la décision. Thierry applaudit, dans un silence assourdissant : "Bravo la justice" . Jeannine se lève. A près de 80 ans, la frèle silhouette sort de la pièce en annonçant d'une voix ferme : "Nous reviendrons. Vous n'avez pas fini d'entendre parler de nous".

A quelques mètres de là, place Saint Michel à Paris, la quarantaine de membre du comité de soutien qui a fait le déplacement distribue des tracts aux passants. Les yeux sont rougis, les voix un peu cassées. 70 ans après la condamnation de Gabriel Thiennot et Raymond Mis, accusés de l'assassinat d'un garde-chasse à Mézières-en-Brenne, le combat pour démontrer leur innoncence a encore connu un nouvel échec. Les deux hommes avaient avoués sous la torture. Ils avaient été condamnés à 15 ans de travaux forcés avant d'être graciés à mi-peine par le président Coty. Mais très vite, le président d'honneur du comité, Léandre Boizeau, redonne courage aux troupes : "il faut continuer le combat. Il y aura une septième requête" .

Faire changer la loi

Pour saisir une nouvelle fois la commission de requête, il faut avancer des faits nouveaux. Or, depuis 1946, il parait fort probable que toutes les pistes ont été explorées, tous les témoins entendus . Reste une autre voie, soufflée par le président de la Commission de révision lui-même à l'issue du rendu de sa décision : "Adressez vous au législateur" .

"Pour obtenir une nouvelle révision, il faut faire changer la loi. Il faut qu'elle admette que tous procès reposant sur des aveux obtenus sous la torture puisse être rejugé" , estime Léandre Boizeau. Le comité va immédiatement prendre rendez vous avec les députés de l'Indre pour obtenir un rendez vous avec le président de la commission des lois . "Changer la loi peut prendre un an. Ensuite, nous re-saisiront la commission de révision. Les démarches peuvent prendre encore deux ans. Dans trois ans donc, on pourra de nouveau se retrouver devant la commission de révision" calcule le président d'honneur du comité. Depuis 1945, seuls 10 procès ont été révisés.

Thierry Thiennot, le fils de Gabriel était à Paris ce lundi avec sa mère et le comité de soutien et sa mère. - Radio France
Thierry Thiennot, le fils de Gabriel était à Paris ce lundi avec sa mère et le comité de soutien et sa mère. © Radio France
 

Partager sur :