Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

La SNSM de Port en Bessin toujours pas sûre de réussir à financer un nouveau bateau

Alors que la nation rend hommage ce jeudi aux trois sauveteurs morts aux Sables d'Olonne, les autres stations de la SNSM tirent la sonnette d'alarme. Comme à Port-en-Bessin dans le Calvados où les sauveteurs doivent recueillir 250 000 euros pour financer une nouvelle vedette.

L'actuelle vedette de la SNSM n'est plus opérationnelle pour porter assistance aux chalutiers de Port en Bessin.
L'actuelle vedette de la SNSM n'est plus opérationnelle pour porter assistance aux chalutiers de Port en Bessin.

Port en Bessin - Port-en-Bessin-Huppain, France

Emmanuel Macron va venir présider l'hommage national en fin de matinée ce jeudi aux Sables d'Olonne. Les trois sauveteurs disparus seront faits chevaliers de la légion d'honneur à titre posthume. Les quatre rescapés recevront eux aussi la légion d'honneur. Le drame des Sables d'Olonne met en lumière la difficulté pour la SNSM de fonctionner correctement à partir essentiellement de la générosité. Exemple frappant dans le Calvados à Port-en-Bessin où la station a impérativement besoin d'une nouvelle vedette.

50 000 euros recueillis à ce jour, alors qu'il en faut 250 000  

Une nouvelle vedette qui coûte un million d'euros. L'Etat et les collectivités, région et département, en financent la moitié, le siège de la SNSM 25% et le quart restant c'est la station de Port-en-Bessin qui doit les trouver. Mais pour l'instant on est loin du compte. "On a pour l'instant recueilli 50 000 euros", indique Stéven Gérard le président de la station. Une somme recueillie non sans mal. "On avait lancé une cagnotte sur internet en juillet dernier. Elle avait recueilli 500 euros, jusqu'à ce qu'en décembre on pousse un coup de gueule, et là on est grimpé à 50 000". Le coup de gueule, c'était par rapport à la fameuse cagnotte lancée pour le boxeur gilet jaune qui avait atteint 100 000 euros en 24 heures.

Le drame évité de justesse en février 2018

Mais depuis la cagnotte stagne et pourtant le besoin d'un nouveau bateau est urgent. "A Port-en-Bessin, la flottille de pêche est vieillissante. Les chalutiers ont en moyenne 38 ans, et sont donc susceptibles de tomber en panne plus fréquemment". Tous ont en mémoire le drame évité de justesse lors du naufrage du chalutier l'Essor en février 2018. Stéven Gérard rappelle aussi que les bénévoles de la SNSM sont justement des bénévoles "On sort en mer gratuitement pour porter assistance". Ce jeudi avec des collègues de Port en Bessin, ils se rendent aux Sables d'Olonne. Et pour que leurs trois collègues ne soient pas morts pour rien, ils comptent sur la générosité de tous pour pouvoir continuer à assurer leur mission. Leur cagnotte est en ligne sur internet.