Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

La taxe trottoir risque de ne jamais voir le jour à Avignon

jeudi 13 mars 2014 à 10:47 Par Aurélie Lagain, France Bleu Vaucluse

La taxe trottoir, votée en 2010 à Avignon, a été rejetée sur le principal par le rapporteur devant le Conseil d'Etat. Le Conseil, devrait, logiquement, enterrer cette mesure unique en France.

La taxe trottoir, pour les sandwicheries notamment à Avignon
La taxe trottoir, pour les sandwicheries notamment à Avignon © Radio France - / Aurélie Lagain

Ca devait être une première en France : En octobre 2010, le conseil municipal d'Avignon votait une délibération instaurant une "taxe trottoir", en vigueur en 2011. Elle devait être acquittée par les commerces dont les clients restent sur le trottoir (sandwicheries, snacks, banques avec distributeurs dans la rue).

Une conseillère municipale d'opposition (Christine Lagrange, PS), et six commerçants dans un premier temps (puis trois) avaient déposé un recours. Ils avaient été déposés en première instance, la cour administrative d'appel de Marseille leur a donné raison. C'est désormais le Conseil d'Etat qui doit désormais trancher, saisi par la ville d'Avignon. Hier mercredi, le rapporteur est allé dans leur sens, rejetant cette "taxe trottoir" sur le principe. Le Conseil d'Etat doit rendre sa décision, mais en général suit à 90% l'avis du rapporteur.

Me Alexandre Coq, avocat au barreau d'Avignon, avec Jean-Pierre Burlet

Parmi les six commerçants qui sont allés en justice, Romain Capinelli tient le restaurant le Miam Miam.

Romain Capinelli, du restaurant le Miam-Miam