Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La tentative d'enlèvement à Plouay était un mensonge

Une agression inventée, un mensonge éhonté : les deux jeunes collégiennes de Plouay qui avait signalé une tentative d'enlèvement au début du mois ont avoué avoir menti.

Tribunal de Lorient
Tribunal de Lorient - Capture d'écran Google Street View

L'appel à témoins avait été largement partagé. Mais tout était faux ! Le parquet de Lorient annonce que la tentative d’enlèvement dont aurait été victime une collégienne de Plouay, pendant une course d'orientation au début du mois, a en fait été inventée par la jeune fille.  

Pratiquante du kick-boxing

Cette collégienne de 14 ans expliquait avoir mis en fuite un agresseur présumé, et elle donnait des détails. Indiquait même avoir repoussé l'homme en question après l'avoir frappé à l'entrejambe, parce qu'elle pratique le kick-boxing. Une camarade expliquait, elle aussi, avoir été témoin des faits.

La procureure de Lorient : "Elles ont menti en connaissance de cause"

"Mensonges" dénonce aujourd'hui la procureure de Lorient, en charge de l'affaire. Le Parquet explique que ces deux jeunes filles ont "menti en connaissance de cause".

Un "bobard" qui coûte déjà très cher

Petit problème, ce "bobard" si l'on peut dire a fait perdre beaucoup de temps et d'énergie aux enquêteurs, qui, eux, tentent d'établir des faits, de les recouper avec d'autres affaires, bien réelles celles-là. Tout ce travail, ils peuvent le jeter à la poubelle. Accessoirement, certaines techniques d'enquête sont aussi très coûteuses, et là, c'est de l'argent clairement jeté par les fenêtres.

Les deux affabulatrices présumées sont convoquées devant le juge des enfants en vue d'une mise en examen pour dénonciation d'infraction imaginaire. Un délit passible d'une peine allant, en théorie, jusqu'à six mois d'emprisonnement.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess