Faits divers – Justice

"La vie dans la jungle, c'était innommable" selon un migrant de Calais arrivé en Dordogne

Par Antoine Balandra, France Bleu Périgord mercredi 26 octobre 2016 à 14:51

Une vingtaine d'afghans venus de la jungle de Calais sont arrivés à Bergerac
Une vingtaine d'afghans venus de la jungle de Calais sont arrivés à Bergerac © Radio France - Harry Sagot

Ils sont tous afghans. Une vingtaine de migrants sont arrivés ce mardi à Bergerac. Une cinquantaine d'autres arriveront ce mercredi soir à Périgueux. Les nouveaux venus se disent tous soulagés d'avoir rejoint la Dordogne, loin de la jungle de Calais

Une vingtaine d'afghans de 18 à 30 ans sont arrivés mardi soir très tard à Bergerac. Ils ont été pris en charge à leur arrivée par l'association l'Atelier et ont été accueillis par la préfète de la Dordogne.

Certains ont passé jusqu'à 6 mois dans la jungle calaisienne, avant d'en partir. Comme ce jeune afghan (photo plus haut): "Je suis parti d'Afghanistan il y a 9 mois, puis j'ai passé 6 mois dans la jungle" dit-il. Depuis 3 mois, il apprend le français.

"A Calais, les conditions de vie étaient innommables" explique le jeune homme

L'avenir pour l'instant est incertain pour ces migrants débarqués en Périgord. Ils sont logés à l'ESCAT, un terrain qui appartient à la communauté d'agglomération de Bergerac, et qui était auparavant le commissariat de l'armée de terre. Quatre appartements sont mis à la disposition des jeunes afghans. Parmi eux, plusieurs fratries.

L'accueil des migrants afghans avec la préfète de la Dordogne - Aucun(e)
L'accueil des migrants afghans avec la préfète de la Dordogne - Préfecture Dordogne

Rendez vous le 7 novembre à l'OFII

Tous étaient volontaires pour quitter Calais. Pour la suite, ils ne savent pas trop. Le 7 novembre, ils ont rendez vous à l'office français des migrations, l'OFII pour leur présenter à Bordeaux les procédures de demande d'asile. Car aucun d'entre eux n'a pour l'instant fait de démarches.

Enfin ce mercredi, 50 migrants doivent arriver à Périgueux, mais ils ne seront pas logés tous au même endroit. Ils rejoindront des appartements à Périgueux centre mais aussi à Boulazac ou à Coulounieix Chamiers dans l'agglomération.

A LIRE AUSSI

"Jungle" de Calais : "Il n'y a plus personne sur le camp, tout le monde est à l'abri"

Partager sur :