Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Faits divers – Justice

La ville d’Auxerre va rendre hommage à la mémoire du gendarme Jambert

mardi 18 septembre 2018 à 18:46 Par Delphine Martin, France Bleu Auxerre

Un square d'Auxerre va bientôt porter le nom du gendarme Christian Jambert, décédé en 1997, et qui avait enquêté sur l’affaire des disparues de l’Yonne dès les années 70.

Le gendarme Christian Jambert était décrit comme un enquêteur très méticuleux.
Le gendarme Christian Jambert était décrit comme un enquêteur très méticuleux. © Maxppp - J.M. DUCOS

Auxerre, France

C’est un hommage très symbolique. D’ici quelques semaines, la mairie d’Auxerre va inaugurer un square qui portera le nom de Christian Jambert. Ce gendarme, décédé en 1997, a été le premier enquêteur à avoir fait le lien, dès les années 70, entre plusieurs disparitions de jeunes femmes handicapées, que l’on appellera ensuite "les disparues de l’Yonne", et Émile Louis. 41 ans après les faits, 14 ans après la condamnation d'Émile Louis, un square d’Auxerre, situé à l’entrée du parc de l’Arbre Sec, sera donc bientôt le square Jambert.

Une demande des familles

Les familles des victimes et notamment le président de l'association de défense des handicapées de l'Yonne, Pierre Monnoir, avaient demandé à plusieurs reprises la reconnaissance du travail du gendarme Jambert.

Décrit comme un enquêteur hors pair, dévoué et infatigable, Christian Jambert a rapidement fait le lien entre la disparition des jeunes filles et le chauffeur de car. Son procès-verbal, remis au parquet d'Auxerre en 1984, contenait déjà les noms de six des sept victimes. Mais il est resté dans un tiroir du palais de justice pendant des années. Émile Louis n'a été interpellé qu'en 2000 et condamné en 2004, puis en 2006 en appel.

Une inauguration en octobre

Ces procès, Christian Jambert n'a pas pu y assister. Le gendarme a été retrouvé mort en 1997, avec deux balles dans la tête. Présenté comme dépressif, il s'était dit menacé. La justice, après une enquête pour assassinat relancée en 2004, a finalement conclu au suicide. Une thèse à laquelle ses proches n'ont jamais cru.

La mairie d'Auxerre précise que la date de l'inauguration du square Christian Jambert n’est pas encore arrêtée. Elle devrait avoir lieu le 20 ou 27 octobre.