Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

La Ville de Béziers gagne son procès sur les affiches anti-migrants

lundi 24 octobre 2016 à 15:29 Par Salah Hamdaoui et France Bleu, France Bleu Hérault et France Bleu

Pour dénoncer les affiches anti-migrants placardées dans les rues de Béziers (Hérault), deux associations avaient saisi le tribunal administratif. Elles ont été déboutées. Mais pour l'avocate des associations, ce n'est pas aussi tranché.

Les affiches anti-migrants ont été retirées à Béziers
Les affiches anti-migrants ont été retirées à Béziers © Radio France - Gérard Marty

Béziers, France

Les associations Esprit Libre et Cultures Solidaires avaient saisi le tribunal administratif de Montpellier suite à l'affaire des affiches anti-migrants de Béziers. Elles ont été déboutées selon le maire de Béziers.

Robert Ménard crie victoire et se félicite, dans un communiqué, de voir ces deux associations "renvoyées dans les cordes". Cette décision de justice va dans le sens de la liberté d'expression, écrit-il.

"Ce n'est pas vraiment une défaite" corrige Mehdi Roland, le président d'Esprit Libre. Les affiches controversées ont été retirées des rues par la Ville de Béziers dans l'urgence, quelques heure avant le procès, et cela constitue en soi une victoire, dit-il. Le tribunal administratif a pris acte de ce retrait et a ordonné un non-lieu à statuer sur ce point.

Les deux associations demandaient également la suppression de plusieurs articles des deux derniers bulletins municipaux publiés sur le site internet de la Ville et sur sa page Facebook. Elles n'ont pas obtenu gain de cause.

Pour l'avocate des associations, Me Marie-Sygne Leca "le juge incite à saisir le juge pénal pour violation de la loi sur la presse mais il aurait pu décider du retrait des publications lui-même car des libertés fondamentales sont en jeu. Nous allons examiner un éventuel appel".

Les associations envisagent de saisir le Conseil dÉtat.