Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La ville de Carhaix attaquée par la préfecture pour avoir autorisé les terrasses devant les bars

-
Par , France Bleu Breizh Izel, France Bleu

Quatre arrêtés de la ville du Carhaix, pris en février, n'ont pas plu à la préfecture du Finistère. La commune a autorisé la mise en place de tables et de "mange-debout" devant quelques bars et cafés. La préfecture l'attaque devant le tribunal administratif.

La mairie de Carhaix avait autorisé la mise en place de tables et de "mange-debout" [photo d'illustration].
La mairie de Carhaix avait autorisé la mise en place de tables et de "mange-debout" [photo d'illustration]. © Radio France - Adeline Divoux

Le 11 février, la ville de Carhaix publie un arrêté portant "autorisation d'occupation du domaine public". En clair, celle-ci permet la mise en place de tables et de "mange-debout", espacés de deux mètres, devant les bars et les cafés pour reprendre un semblant de vie sociale. Tout au long du mois de février, trois autres arrêtés sont publiés. Une expérimentation qui permettait à certains restaurateurs ou propriétaires de bars de proposer de consommer devant leur établissement, le samedi, avec un peu d'animation et de musique.

Les arrêtés municipaux retirés

Cette initiative n'a pas plu à la préfecture du Finistère qui attaque la commune devant le tribunal administratif ainsi que plusieurs bars de Carhaix. L'audience doit avoir lieu le 19 avril devant le tribunal administratif de Rennes. Le maire de Carhaix, Christian Troadec, a logiquement retiré les quatre arrêtés et les restaurateurs ont rangé les chaises. L'élu regrette cette décision : "On ne veut pas chercher le conflit, mais voilà, on préfère l'autorité et la sévérité plutôt que de donner une chance aux gens de vivre normalement. C'est dommage et assez triste, parce qu'on inventait quelque chose d'un peu nouveau ! D'autant plus que nous sommes peu touchés par la pandémie à Carhaix, mais on nous impose autre chose. La priorité, c'est quand même la sûreté sanitaire et on ne veut mettre personne en danger."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess