Faits divers – Justice

La ville de Caudry sous le choc après le meurtre d'Aurélie à Villejuif

Par Eric Turpin, France Bleu Nord lundi 20 avril 2015 à 18:54

Aurélie Chatelain lors d'un gala de danse
Aurélie Chatelain lors d'un gala de danse © Ville de Caudry

Aurélie Chatelain, 33 ans, a été retrouvée morte dans sa voiture en flamme dimanche à Villejuif dans le Val-de-Marne. Le corps de l'ancienne conseillère municipale de Caudry présentait trois impacts de balle. L'enquête a été confiée à la Police Judiciaire.

« Perplexe, abasourdi, incrédule », ce sont les mots qui reviennent à Caudry, près de Cambrai, depuis le meurtre dimanche d'Aurélie Chatelain à Villejuif dans le Val-de-Marne. La jeune femme de 33 ans a été découverte morte dans sa voiture en flammes, avec trois balles dans l'épaule droite, assise côté passager. 

Elle devait participer à un stage sportif pendant une semaine. Elle a été retrouvée seulement à deux pas de l'hôtel où elle devait séjourner. « Arrivée à Clamart !!! Demain direction Villejuif...trouvé un hôtel 20 mn à pie.... trop contente ! », écrivait-elle sur sa page Facebook samedi soir à 23h26. 

Sa mort très violente contraste avec l'image de cette jeune femme, mère d'une petite fille de 5 ans, rieuse, débordante de vie et d'énergie, comme le souligne d'ailleurs, le maire de Caudry, Guy Bricout dans un communiqué publié sur le site internet de la ville. 

Pas d'ennemis

Ce qui marque les esprits, c'est le décalage entre la personnalité de la victoire et les circonstances de sa mort. Aurélie Chatelain était une femme sans histoire. « Pour moi, elle n'avait pas d'ennemis, que des amis » , assure son père. Voilà pourquoi l'émotion est vive dans la petite ville de Caudry. 

Aurélie Chatelain était certes séparée du papa de sa fille, mais leur relation était encore très bonne. Ancienne conseillère municipale de 2007 à 2014, elle avait monté une association de danse urbaine. Elle multipliait les cours dans les villages voisins de Caudry.

Elle avait travaillé comme animatrice pendant quatre ans dans un centre social de Caudry, où elle s'occupait des adolescents de 11 à 17 ans. « Je crois que tout le monde est bouleversé et profondément ému. On ne comprend pas » , explique son directeur Eric Bernard sur France Bleu Nord.

L'hommage

La jeune femme était connue et appréciée dans tout le secteur comme en témoigne la page Facebook qui lui rend hommage. Elle a recueilli plus de 3 300 adhésions en moins de 24h. Le maire de Caudry, et le conseil municipal, lui rendent aussi hommage sur le site internet de la ville. Les habitants peuvent télécharger toute une série de photos de la jeune femme, des photos prises principalement pendant ses galas de danse.