Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La vitrine d'une commerçante de Montpellier recouverte de stickers injurieux

-
Par , France Bleu Hérault, France Bleu

La présidente de l'association des commerçants de l'Écusson de Montpellier a retrouvé la vitrine de son magasin couverte de messages insultants samedi matin. Elle a décidé de porter plainte.

Odette Daudé ne croit pas que ces messages aient été rédigés par des gilets jaunes
Odette Daudé ne croit pas que ces messages aient été rédigés par des gilets jaunes © Radio France - Elena Louazon

"Odette Daudé, collabo confirmée", "200 euros le string, ça fait cher le Made in China". Samedi matin, Odette Daudé, présidente de l'association des commerçants de l’Écusson de Montpellier, a découvert la vitrine de son magasin de lingerie recouverte d'autocollants avec des messages d'insultes, antisémites pour certains. La commerçante a décidé de porter plainte.

Certains stickers évoquent des milices, en référence à des propos rapportés par Midi Libre qu'aurait tenus il y a quelques jours Odette Daudé. "Des commerçants préparent une milice", aurait-elle dit, après le retour des gilets jaunes samedi dernier. 

La police est venue constater les dégradations commises sur la vitrine, une plaite a été déposée
La police est venue constater les dégradations commises sur la vitrine, une plaite a été déposée © Radio France - Elena Louazon

La commerçante est convaincue que ces messages ne sont pas l'œuvre de gilets jaunes. "Ce n'est pas eux qui ont tartiné ma vitrine, affirme-t-elle. C'est sûr. Je les ai déjà rencontrés, on dialogue énormément. Je ne suis pas contre eux, je suis avec eux. Ça vient surement de ceux que je dérange".

Elle en appelle néanmoins au calme les prochains samedis. "Les commerçants sont à bout après le Covid, ça fait deux ans qu'ils n'arrivent plus à travailler normalement le samedi, qu'ils sont acculés de dettes, explique-t-elle. On est des petits comme eux, il faut changer de cible".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu