Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Maltraitance sur une fillette à Bourges : la Voix de l'Enfant prête à poursuivre les services sociaux et la justice

vendredi 5 janvier 2018 à 15:17 Par Isabelle Gaudin, France Bleu Berry et France Bleu

Après la mise en examen jeudi de cinq personnes dans une affaire de maltraitance sur une fillette de six ans à Bourges, la présidente de La Voix de l'Enfant se dit "choquée". Elle annonce ce vendredi sur France Info que l'association va se porter civile et compte poursuivre "les responsables".

 Le pronostic vital de la petite fille de six ans est toujours engagé
Le pronostic vital de la petite fille de six ans est toujours engagé © Maxppp - Stéphanie Para

Bourges, France

L'affaire a suscité une vague d'émotions dans le Cher et dans toute la France. Jeudi, la mère d'une fillette de six ans et son compagnon ont été mis en examen pour "actes de torture et de barbarie" à  Bourges.  Trois autres membres de cette famille sont poursuivis pour non-dénonciation et non-assistance à personne en danger. La petite fille de six ans est dans le coma. 

Une fois encore, on n'a pas su protéger cette petite fille" - Chantal Brousse, présidente de la Voix de l'Enfant

"Je suis choquée, en colère et en même temps désespérée", confiait ce vendredi sur France Info, Martine Brousse. La présidente de l'association La Voix de l'Enfant en a profité pour rappeler que "cette famille était connue des services sociaux, de la justice, des magistrats, d'un juge pour enfant, et une fois encore, on n'a pas su protéger cette petite fille".  

La Voix de l'Enfant se porte partie civile

Pour Martine Brousse, il y a une "responsabilité énorme des services sociaux et des magistrats". La Voix de l'Enfant va se porter partie civile dans cette affaire. Et sa présidente se dit prête à poursuivre les services sociaux et la justice. Les mauvais traitements subis par la fillette étaient connus des services sociaux. Son frère, âgé de cinq ans, avait été placé dans une famille d'accueil il y a quelques mois. Un juge des enfants avait ordonné le placement de petite fille en octobre mais la décision n'a pas été appliquée. 

La mère s'était opposée au placement de la fillette. "Elle a refusé de recevoir les services sociaux, a précisé jeudi le procureur de la République, Joël Garrigue. Les services de police ont tenté de la localiser, en vain". Elle avait même arrêté d'amener sa fille à l'école. 

Selon France Info, l'association La Voix de l'Enfant a demandé à être reçue par le Premier ministre "dans les plus brefs délais".