Faits divers – Justice

Laetitia Casta pose sur des statues de Maillol : le magazine condamné

Par Baptiste Guiet, France Bleu Roussillon lundi 10 mars 2014 à 18:14

La Rivière, scultpure de Maillol -
La Rivière, scultpure de Maillol - © Artcurial

On ne peut pas faire n'importe quoi avec les oeuvres du sculpteur Aristide Maillol... même quand on s'appelle Laetitia Casta. Il y a quelques jours la justice à condamné un magazine de mode. Il avait publié en 2011 des photo de la top-model posant sur des statues de l'artiste catalan.

Le magazine de mode Purple Fashion a été condamné à verser 100.000 euros de dommages et intérêts pour avoir publié des photos du mannequin Laetitia Casta dans des positions érotiques sur des statues d'Aristide Maillol dans le jardin des Tuileries à Paris.

Dans un jugement rendu le 17 janvier, le tribunal de grande instance de Paris a jugé qu'en publiant ces photos, sans autorisation de Bertrand et Serge Olivier Lorquin, ayants droit du sculpteur mort en 1944, le magazine a "commis des actes de contrefaçon" .

Dans son numéro 15 (printemps/été 2011), Purple Fashion avait publié une série de photos de Laetitia Casta chevauchant ou enlaçant cinq sculptures de Maillol. "La montagne""Trois nymphes" , "La jeune fille allongée""La rivière"  et "Flore" , qui font partie d'une série de dix-huit oeuvres, se trouvent dans le jardin des Tuileries depuis 1965, après une donation de Dina Vierny, la muse de Maillol, décédée en 2009.

Les clichés, réalisés par Terry Richardson, "représentent le mannequin Laetitia Casta dans des poses explicitement érotiques voire sexuelles, en interaction avec les statues d'Aristide Maillol" , relève le jugement de la troisième chambre. Si celles-ci "représentent des femmes nues et donc sont empreintes d'une certaine sensualité" , elles "ne présentent pas de caractère explicitement érotique ou sexuel, la position et l'expression des femmes sculptées étant empreintes de classicisme" .

La société éditrice du magazine a été condamnée à verser 50.000 euros de dommages et intérêts à MM. Lorquin, fils de Dina Vierny, et la même somme à la société des Auteurs dans les arts graphiques et plastiques (ADAGP), gestionnaire des droits patrimoniaux.

Maillol Casta 1