Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Lafarge et la Syrie : l'ancien PDG mis en examen pour "financement d'une entreprise terroriste"

vendredi 8 décembre 2017 à 9:00 Par Julien Baldacchino, France Bleu

Eric Holsen, ancien PDG du groupe LafargeHolcim, a été mis en examen jeudi soir pour "financement d'une entreprise terroriste". Il est soupçonné, avec d'autres dirigeants, d'avoir versé des fonds à l'organisation Etat Islamique, pour continuer à faire fonctionner l'un de ses sites en Syrie.

Eric Olsen, ex-PDG de Lafarge
Eric Olsen, ex-PDG de Lafarge © AFP - Fabrice COFFRINI

Le groupe Lafarge a-t-il financé l'organisation Etat Islamique pour continuer à faire fonctionner, en 2013 et 2014, une usine en Syrie ? L'un des anciens dirigeants de l'entreprise, Eric Holsen, PDG de LafargeHolcim de 2015 à juillet 2017, a été mis en examen jeudi soir pour "financement d'une entreprise terroriste" et "mise en danger de la vie d'autrui", et placé sous contrôle judiciaire.

Deux autres dirigeants, Bruno Lafont, PDG du cimentier Lafarge de 2007 à 2015, et Christian Herrault, ancien directeur général adjoint notamment en charge de la Syrie, étaient en garde à vue jeudi et risquent une mise en examen. La semaine dernière, trois cadres dont l'ancien directeur de l'usine syrienne ont déjà été mis en examen dans cette affaire.

La direction en France était-elle au courant ?

D'après un rapport du cabinet américain Baker McKenzie, la filiale syrienne de Lafarge, LCS, a versé 5,6 millions de dollars à plusieurs groupes armés, dont 500.000 dollars à Daech, pour obtenir le "droit" de continuer à faire tourner son usine. Les enquêteurs doivent désormais déterminer si la direction du groupe, en France, était au courant de la situation.

Eric Olsen, qui assistait aux réunions du comité de sûreté du groupe, a "participé pleinement aux discussions concernant la sécurité de l'usine LCS".