Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Lactalis : du lait infantile contaminé par la salmonelle

Lait contaminé : 22 établissements n'ont pas respecté les mesures de retrait-rappel

samedi 27 janvier 2018 à 6:33 - Mis à jour le samedi 27 janvier 2018 à 9:15 Par Germain Treille, France Bleu Mayenne et France Bleu

Mi-janvier, la direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes a mené 3.600 nouveaux contrôles dans les supermarchés, cliniques et pharmacies, à la recherche de lait pour bébés provenant des lots contaminés chez Lactalis : 22 établissements ont été épinglés.

Photo d'illustration
Photo d'illustration

A la demande du ministère de l'économie, 3.600 contrôles ont été menés depuis le 12 janvier dans des grandes surfaces, des pharmacies, des hôpitaux et des crèches. Il s'agissait, pour la direction générale de la répression des fraudes (DGCCRF,) de vérifier qu'aucun lait maternel, fabriqué dans l'usine Lactalis de Craon, concerné par le retrait-rappel et potentiellement contaminé par des salmonelles, n'était encore sur le marché. 

La plupart des sites ont respecté les procédures de retrait-rappel. Mais 22 établissements non ! Les produits en cause ont été immédiatement retirés. Bercy fait savoir que "le fait de poursuivre la vente de produits interdits à la consommation peut constituer une tromperie aggravée, ce qui est un délit pénal". La justice sera saisie de ces 22 cas. 

L'association des familles victimes demande des sanctions sévères

Treize pharmacies ont ainsi été épinglées. L'association des familles victimes du lait contaminé est abasourdie par cette nouvelle et réclame des sanctions sévères. Quentin Guillemain, le président du collectif, souhaite que le conseil de l'ordre des pharmaciens décide de fermer ces officines. "Ce sont des irresponsables, il en va de la crédibilité de toute une profession" dit-il.