Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Lait contaminé : la grande prudence des responsables politiques

lundi 8 janvier 2018 à 5:00 Par Germain Treille, France Bleu Mayenne

Depuis plus d'un mois, c'est la crise à Lactalis. Un vrai feuilleton à rebondissements. Et un silence politique étonnant.

L"usine Lactalis à Craon
L"usine Lactalis à Craon © Radio France

Craon, France

Aucun communiqué. Aucune réaction publique. Rien ou presque. Le seul parti à avoir pris position c'est le FN jusque-là, il réclame des sanctions sévères. La sénatrice mayennaise, Elisabeth Doineau, elle, s'inquiète des multiples rebondissements médiatique qui pourraient, dit-elle, faire du tort à l'ensemble de la filière. "Oui à l'information, NON à la désinformation" écrit-elle dans un communiqué. Le patron de Lactalis, Emmanuel Besnier, n'a pas, par exemple, été convoqué à l'Elysée ou à Matignon pour s'expliquer. Il s'agit pourtant d'une grave crise sanitaire. Les hommes et les femmes politiques s'étaient montrés beaucoup moins prudents en 2013 quand avait éclaté le scandale de la viande de cheval dans les lasagnes.

Des parents, concernés par l'affaire des salmonelles, parlent même d'une sorte d'immunité politique pour Lactalis. Un sentiment d'impunité. L'Etat se montre magnanime, le gouvernement et les parlementaires, ceux de la Mayenne en particulier, donnent vraiment l'impression, en se taisant ou en réagissant timidement, qu'il ne faut surtout pas se mettre à dos le leader mondial du lait. Pour évidemment des raisons économiques. Lactalis, ce sont des milliers d'emplois directs et indirects. C'est un fleuron de l'industrie nationale, présent partout dans le monde. 

Lactalis peut ainsi gérer, de son côté et sans trop de brouhaha politico-médiatique, une crise qui, pour l'heure, ne touche pas des millions de consommateurs et qui n'a provoqué, heureusement, aucun décès, ce qui explique aussi en partie cette indulgence politique.