Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Lactalis : du lait infantile contaminé par la salmonelle

Lait contaminé : la sénatrice mayennaise Elisabeth Doineau prend la défense de Lactalis et de la filière laitière

vendredi 5 janvier 2018 à 18:31 Par Germain Treille, France Bleu Mayenne

La parlementaire mayennaise est la première de la classe politique locale à s'exprimer publiquement sur l'affaire des salmonelles.

Elisabeth Doineau
Elisabeth Doineau © Radio France

Jusqu'à aujourd'hui, vendredi 5 janvier, aucun élu de la Mayenne n'avait souhaité répondre aux questions sur la crise sanitaire qui touche Lactalis depuis un mois. La sénatrice Elisabeth Doineau brise le silence dans un communiqué, 2 jours après un article explosif du "Canard Enchaîné"

Elle s'inquiète des rebondissements médiatiques qui, estime-t-elle, "peuvent être lourds de conséquences". La parlementaire explique que les révélations du journal satirique "décrédibilise les services de l'Etat et parasite l'instruction de l'enquête du Parquet de Paris"

Elisabeth Doineau exige que les investigations se déroulent dans la plus grande sérénité "sans remettre en cause la nécessité absolue de préserver la santé des consommateurs et qui plus des bébés"

La sénatrice prend, dans ce communiqué, la défense du groupe Lactalis, "un grand groupe français", qui "a pris toutes les mesures nécessaires pour retirer la totalité de sa production de poudre de lait et pour désinfecter le site de Craon". Elle redoute, par ailleurs, que cette crise ait des impacts économiques négatifs sur l'avenir professionnel des 550 salariés qui travaillent dans l'usine mayennaise. 

Les événements de ces dernières semaines nuisent aussi, ajoute-t-elle, "à la filière laitière, déjà bien mal en point". Avant de conclure par cette formule détonante : "OUI à l'information, NON à la désinformation"