Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Il louait des locaux à des prostituées en échange de faveurs sexuelles : un retraité landais condamné

-
Par , France Bleu Gascogne

Un papy proxénète de Capbreton a été condamné ce lundi par le tribunal judiciaire de Dax. Durant plus de trois ans, entre 2015 et 2018, il a loué à des prostituées des locaux à Capbreton. Des locations en partie payées contre des prestations sexuelles.

Image d'illustration.
Image d'illustration. © Maxppp - Vincent Voegtlin

"Je ne pensais pas être proxénète. Ces filles étaient dans la misère, je les ai aidées". C'est par ces mots que Bernard s'est expliqué devant le tribunal judiciaire de Dax ce lundi. Le vieux monsieur parle fort à la barre, dans son petit gilet bleu. Il porte des prothèses auditives. Depuis 2015, ce chef d'entreprise à la retraite, propriétaire de plusieurs locaux dans une résidence de Capbreton, a fait la rencontre de femmes, espagnoles ou paraguayennes, sur internet. Elles se prostituent et cherchent des locaux pour y effectuer leurs prestations. Il tombe d'accord avec une première femme, en toute connaissance de ses activités, et lui loue son local pour 100 euros les trois jours. Puis il louera un deuxième local, une pièce de 15m² à une autre. 

Petit à petit, le retraité se met aussi à profiter des prestations sexuelles de ces femmes. Régulièrement, il vient pour obtenir une fellation. Parfois contre un loyer impayé. "Pour les aider", comme il dit, il les transporte en voiture, lave les draps ou leur fait un peu de comptabilité. "Si j'avais su que c'était un sens interdit, je ne l'aurais pas fait". 

Des caméras dans les appartements

"C'est ça la définition du proxénétisme", lui explique la procureure de la République. Le vieux monsieur prend conscience. Il ne voyait pas le mal non plus quand il a installé des caméras dans les appartements pour regarder "les ébats".  "C'était pour mon plaisir, mais ça les rassurait aussi", tente-t-il de se justifier. 

L'administration fiscale a calculé 100 000 euros de chiffre d'affaire pour son activité de proxénète. Et lui a réclamé. "C'est un vieil homme malade", a plaidé son avocat. Le tribunal l'a condamné à un an de prison avec sursis et 5000 euros d'amende. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess