Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Landes : des plaintes pour incitation à la haine déposées contre le maire d'Hossegor

lundi 24 décembre 2018 à 12:41 - Mis à jour le lundi 24 décembre 2018 à 19:09 Par Renaud Biondi-Maugey, France Bleu Gascogne

Xavier Gaudio, le maire de Soorts-Hossegor, est visé par deux plaintes pour incitation à la haine et diffamation, après la publication d'un message polémique samedi sur le réseau social Facebook, dans lequel il s'en prend à la porte-parole de l'association environnementale la Sepanso.

La Sepanso porte plainte contre le maire d'Hossegor
La Sepanso porte plainte contre le maire d'Hossegor - .

Soorts-Hossegor, France

C'est un nouvel épisode - assez inattendu - dans le dossier qui oppose la Sepanso, association environnementale, au maire de Soorts-Hossegor, Xavier Gaudio. 

La Sepanso et sa porte-parole, Sylvie Brossard, ont déposé deux plaintes, dimanche, pour incitation à la haine, incitation à la destruction d'un bien privé et diffamation contre le maire d'Hossegor, Xavier Gaudio, a appris ce lundi France Bleu Gascogne. En cause : un message publié samedi par Xavier Gaudio, sur le réseau social Facebook. Dans cette publication, le maire d'Hossegor dénonçait, photo à l'appui, l'état de la maison de Sylvie Brossard. "Cette maison, ou plutôt ce taudis, située en face de la plage sud appartient à la porte parole de la Sepanso" écrit Xavier Gaudio, ajoutant : "Comme peut on prétendre défendre l’environnement et faire preuve d’un tel irrespect. Les donneurs de leçons pourraient commencer par balayer devant leur porte."

Ce message était toujours en ligne ce lundi à 19h sur Facebook. 

Capture d'écran, compte Facebook de Xavier Gaudio  - Aucun(e)
Capture d'écran, compte Facebook de Xavier Gaudio - .

Aussitôt après sa publication, ce post a suscité des dizaines et des dizaines de commentaires. Certains dénonçant une "délation" et une atteinte à la "vie privée" ; d'autres appelant au contraire à aller incendier la maison de Sylvie Brossard. Un internaute a ainsi laissé ce commentaire, en dessous du message de Xavier Gaudio : "Craquer une alumette peut etre ?". Un autre internaute a écrit : "Une petite mèche et un briquet et ça fera tout de suite plus propre!!"

Dans un communiqué ce lundi, la Sepanso adresse un "carton rouge" au maire et dénonce les propos "mensongers et diffamatoires" du maire. "Le premier magistrat de la commune d’Hossegor livre les militants de la SEPANSO à la vindicte populaire. Cette incitation à la haine a été immédiatement relayée en chaîne par plusieurs appels directs à la destruction du bien par incendie volontaire et des menaces personnelles très choquantes" écrit l'association. Selon Georges Cingal, président de la Sepanso, le maire d'Hossegor, avec cette publication franchit la "ligne rouge". L'association annonce, par ailleurs, avoir porté plainte contre les deux internautes ayant appelé à incendier la maison de Sylvie Brossard.

Contacté par France Bleu Gascogne, Xavier Gaudio fait savoir qu'il n'a pas l'intention de retirer son message, même s'il condamne les publications haineuses comme celles appelant à incendier la maison de Sylvie Brossard. "Il ne doit pas y avoir de haine dans le débat public et il n'y en a pas dans mon propos" assure le maire.

La publication de Xavier Gaudio, samedi, fait suite à la décision de justice prononcée la veille par le tribunal administratif de Pau, concernant les travaux de dragage du lac d'Hossegor.  Vendredi, la justice a donné raison à la Sepanso et a ordonné la suspension des travaux