Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Landes : deux lycéens écroués pour le braquage d'une station-service et d'un bureau de tabac à Mont-de-Marsan

-
Par , France Bleu Gascogne

Deux lycéens landais, âgés de 16 et 19 ans, mis en examen pour vol avec arme en bande organisée ce vendredi à Mont-de-Marsan. Ils sont soupçonnés d'avoir commis deux braquages dans la préfecture des Landes : une station-service le 17 mai et un bureau de tabac le 26 février. Ils ont été écroués.

Les enquêteurs du commissariat de Mont de Marsan sont remontés jusqu'aux deux braqueurs présumés en exploitant notamment les bandes de vidéo-surveillance de la station-service attaquée le 17 mai
Les enquêteurs du commissariat de Mont de Marsan sont remontés jusqu'aux deux braqueurs présumés en exploitant notamment les bandes de vidéo-surveillance de la station-service attaquée le 17 mai © Radio France - Richard Vivion

Deux lycéens montois sont soupçonnés d'être les auteurs du braquage d'une station-service, le 17 mai avenue Georges Clémenceau (route du Houga) et d'un bureau de tabac le 26 février, à Mont-de-Marsan, dans le quartier Saint-Jean-d'août.

Ces deux jeunes, âgés de 16 et 19 ans, ont été mis en examen ce vendredi matin pour vol avec arme en bande organisée et placés en détention provisoire comme l'avait requis le parquet de Mont-de-Marsan qui a ouvert une information judiciaire dans cette affaire. Un juge d'instruction est donc désormais saisi.

Les deux jeunes braqueurs présumés sont scolarisés en lycée professionnel. Leur casier judiciaire est vierge, aucune condamnation en Justice. Ils habitent dans le quartier de la Moustey, à Saint-Pierre-du-Mont. Les policiers montois les ont interpellés chez eux, mercredi dernier, à 7 heures du matin.

Deux braquages pour 900€ en liquide et des cartouches de cigarettes

Pendant leur 48 heures de garde à vue, les deux lycéens ont reconnu avoir braqué un buraliste le 26 février dans le quartier St-Jean-d'août à Mont-de-Marsan. Ils l'ont frappé alors qu'il était à terre après l'avoir aspergé de bombe lacrymogène. Ils sont repartis avec 300€ en liquide et des cartouches de cigarettes.

En revanche, le lycéen de 19 ans nie sa participation au braquage de la station-service le 17 mai, avenue Georges Clémenceau, à 300 mètres des locaux de France Bleu Gascogne, sur la route du Houga. Son acolyte de 16 ans lui reconnaît les faits. Il assume être entré en tirant avec un pistolet d'alarme (une arme non létale), avoir frappé le caissier et être reparti avec 600€ en liquide. L'employé de la station-service, blessé, s'est vu prescrire quatre jours d'interruption temporaire de travail.

La vidéo-surveillance a tout enregistré et même si le mineur était cagoulé, les policiers montois ont pu l'identifier. Les investigations des policiers montois, épaulés par la Police Judiciaire de Bordeaux, basées sur le recueil de plusieurs témoignages, l'exploitation de bandes de vidéo-surveillance ou encore sur un travail technique de téléphonie, ont permis de faire le lien avec le vol à main armé dans le tabac-presse du quartier St-Jean d'août fin février.

Les deux mis en examen ont expliqué en garde à vue avoir agi par appât du gain, la recherche de l'argent facile.

Comme l'avait requis le Procureur de la République de Mont-de-Marsan, les deux mis en examen ont été placés en détention provisoire par le Juge des libertés et de la détention.

Le lycéen majeur encourt désormais jusqu'à 30 ans de réclusion criminelle. Le lycéen mineur encourt lui une peine maximale de 15 ans de réclusion criminelle si l'excuse de minorité est bien retenue.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess