Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Landes : en appel, le tribunal donne raison à Francis Géraudie contre Eva Belin

-
Par , France Bleu Gascogne

"La justice a rétabli mon honneur". L'ancien vice président de la communauté de commune du Seignanx, Francis Géraudie, n'a pas bousculé violement l'actuelle Maire d'Ondres. En tout cas, il n'y a pas de preuve. Voici la décision de la cour d'appel de Pau dans ce dossier datant de juin 2019.

La Cour d'Appel de Pau au Palais de Justice
La Cour d'Appel de Pau au Palais de Justice © Radio France - Paul Nicolaï

L'ancien vice président de la communauté de commune du Seignanx, Francis Géraudie, n'a pas bousculé violement l'actuelle Maire d'Ondres. En tout cas, il n'y a pas de preuve qui permettent de l'affirmer. Voici la décision de la cour d'appel de Pau rendue la semaine dernière et dont France Bleu Gascogne a eu connaissance ce lundi. Jugement qui infirme donc la décision en première instance du tribunal de police de Dax. 

Eva Belin, actuelle maire d'Ondres, avait porté plainte contre Francis Géraudie suite à une altercation lors d'une cérémonie protocolaire en juin 2019 à Tarnos. A cette époque, Eva Belin n'était pas maire mais conseillère municipale d'opposition et conseillère départementale.  Elle accusait Francis Géraudie, vice président de la communauté de commune du Seignanx, un adversaire politique, de l'avoir bousculé. Un geste qu'elle qualifie de violence sexiste. 

Un doute sérieux

"Compte-tenu des témoignages divergents, la cour estime qu'un doute sérieux, non dissipé par le certificat médical, existe quant à la matérialité des violences physiques dénoncées. Le doute profite au prévenu", explique la chambre correctionnelle de la cour d'appel de Pau dans son arrêt. Autrement dit, il n'y a pas de preuve matérielle de violence sexiste de la part de Francis Géraudie. Et en droit, le doute profite toujours à l'accusé. Francis Géraudie n'est donc plus poursuivi.  

"Je suis totalement satisfait de cette décision, mais pendant un an et demi, il a fallu que ma femme, mes enfants, nous subissions les accusations de violences sexistes de la part de madame Eva Belin", commente ce lundi Francis Géraudie.

Réaction de Francis Géraudie

Dans un premier post Facebook ce lundi, Eva Belin, la maire d'Ondres, réagissait quant à elle en expliquant que la cour d'appel s'était prononcée sur une erreur de procédure. Une analyse qui était en fait une erreur de lecture de l'arrêt de la part de son avocate nous ont expliqué l'élue et son conseil quand nous les avons sollicitées. 

Suite à nos observations, Eva Belin a retiré son post Facebook, sans rédiger de démenti ce lundi soir. En revanche, elle explique, après ce couac, qu'elle prend acte de la décision de la cour d'appel tout en maintenant ses accusations. Elle se considère toujours victime. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess