Faits divers – Justice

Landes : l'épicerie de Moustey cambriolée un mois et demi après son ouverture

Par Valérie Mosnier, France Bleu Gascogne vendredi 19 mai 2017 à 12:05

La gérante, Samira, estime le préjudice entre 7.000 et 8.000 euros
La gérante, Samira, estime le préjudice entre 7.000 et 8.000 euros © Radio France - Frédéric Denis

C'est un gros coup dur pour Samira. Son épicerie à Moustey dans le nord des Landes, a été cambriolée dans la nuit de jeudi à vendredi. La jeune femme s'était battue, grâce à l'aide des habitants, pour sauver le petit commerce menacé de fermeture.

L' initiative de Samira Hassouf avait mobilisé l'an dernier. Cette jeune habitante de Moustey voulait reprendre l'épicerie de la commune pour éviter sa fermeture. En novembre dernier, elle avait lancé une souscription sur internet pour récolter des fonds et ainsi boucler son dossier financier et obtenir un prêt. L'objectif des 3.000 euros avait été atteint en seulement dix jours.

Un mois et demi à peine après son ouverture, le commerce vient d'être cambriolé, dans la nuit de jeudi à vendredi. Les voleurs ont forcé la porte principale. C'est le livreur de journaux qui a donné l'alerte à la gendarmerie ce vendredi à 4H du matin. Samira et son mari son prévenus chez eux, "quand je suis arrivée et que j'ai vu que la porte était ouverte, je me suis dis je rêve... je rêve pas ! Et là, je suis tombée dans les pommes parce que c'est vraiment terrible " raconte Samira, très émue.

La propriétaire estime entre 7.000 et 8.000 euros le montant du préjudice, les cambrioleurs sont repartis avec des bouteilles d'alcool, du tabac, le fond de caisse. En plus, la télésurveillance n'a pas fonctionné. Une enquête de gendarmerie est en cours.

Ils ont qu'à faire comme moi, se lever tous les jours à 5H du matin - Samira, propriétaire de l'épicerie de Moustey

Une fois la colère passée, Samira explique qu'elle est dégoûtée : "d'avoir travaillé autant, pour des gens qui en cinq minutes nous bousillent tout. Cela fait un an et demi que l'on travaille pour ça, trois mois qu'on se donne à fond pour avoir quelque chose de bien et en deux minutes il n'y a plus rien..." et elle rajoute : "comment on peut arriver à faire des choses pareil aux gens ? Ils ont qu'à faire comme moi, se lever tous les jours à 5H du matin, venir faire cuire le pain, les viennoiseries, servir les clients... travailler jusqu'à 20H

Mais Samira ne baisse pas les bras, "je me suis battue pour l'avoir et je l'ai eue, on garde à force de revenir demain matin et on reviendra."