Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Landes : l'ex-principal du collège de Saint-Pierre-du-Mont condamné pour voyeurisme

-
Par , France Bleu Gascogne, France Bleu

L'ex-principal du collège de Saint-Pierre-du-Mont a été condamné ce vendredi à un mois de prison avec sursis par le tribunal correctionnel de Mont-de-Marsan. Au sein même de l'établissement, il avait filmé sous les jupes d'une enseignante et d'une surveillante avec son téléphone portable.

Le principal du collège filmait sous les jupes d'une enseignante et d'une surveillante
Le principal du collège filmait sous les jupes d'une enseignante et d'une surveillante - Google Maps

Saint-Pierre-du-Mont, France

L'ex-principal du collège Lubet-Barbon de Saint-Pierre-du-Mont (Landes) a été condamné ce vendredi à un mois de prison avec sursis pour voyeurisme par le tribunal correctionnel de Mont-de-Marsan. Il devra par ailleurs verser à chacune des deux victimes identifiées 300 euros de dommages et intérêts et 500 euros pour remboursement de frais de justice. 

L'affaire a éclaté lorsqu'il a été surpris en flagrant délit le mois dernier au sein même du collège. Alors principal de l'établissement, il avait fait semblant de refaire ses lacets mais, tout en se penchant, filmait en fait sous la jupe d'une surveillante avec son téléphone portable. La victime, qui a senti quelque chose lui frôler les jambes, s'est alors immédiatement rendue au commissariat pour porter plainte. 

Les enquêteurs, qui ont interpellé cet homme de 61 ans dans la foulée, ont découvert dans son téléphone portable les vidéos d'une deuxième victime, une enseignante. Informée de cette découverte, elle a également porté plainte. 

En garde à vue, ce directeur d'établissement a expliqué avoir pris l'habitude depuis "5 à 10 ans" de filmer sous les jupes de femmes, et avoir ainsi tourné plusieurs dizaines de vidéos. "C'était un jeu pour moi de voler ces photos sans l'accord de la personne, c'est un jeu qui a mal tourné, " a-t-il décrit. "Aujourd'hui j'ai pris un électrochoc et j'ai conscience du mal que j'ai fait. J'ai un sentiment de honte.

L'ex-principal présente ses excuses

Si le prévenu a formulé des excuses ce vendredi à la barre - "Je veux m'excuser pour le mal que j'ai fait" - l'une des deux victimes, présente à l'audience, a refusé de les entendre et a préféré sortir de la salle à ce moment-là. Elle venait de témoigner, en pleurs, devant le tribunal, décrivant l'ex-principal comme un "pervers". 

Aucun antécédent

Le procureur de la République a demandé, dans ses réquisitions, une peine de 4 mois de prison avec sursis mais le tribunal a préféré prononcer une peine plus clémente, un mois avec sursis. Le tribunal a noté que le prévenu n'avait aucun antécédent judiciaire, son casier judiciaire est vierge. Les victimes sont toutes majeures : aucun collégien n'a été identifié comme victime dans cette affaire. L'analyse des disques durs et des clés USB de cet homme n'ont montré aucune détention d'image pédopornographique. 

Vers une sanction administrative 

Après cette sanction judiciaire, cet homme risque maintenant une sanction administrative. Déjà suspendu de ses fonctions de principal à titre conservatoire par le ministère de l'éducation nationale, il risque maintenant une interdiction définitive d’exercer au sein d'un établissement scolaire. Une commission de discipline doit se réunir.