Faits divers – Justice

Landes : le meurtrier présumé de Baptiste Sallefranque s'est rendu

Par Nelly Assénat et Daniel Corsand, France Bleu Gascogne vendredi 2 septembre 2016 à 6:52

L'entrée du tunnel du Somport où s'est déroulée la reddition du fugitif
L'entrée du tunnel du Somport où s'est déroulée la reddition du fugitif © Radio France - Maxppp

EXCLUSIF FRANCE BLEU // Après une semaine de cavale ce chef d'entreprise palois de 57 ans s'est rendu hier jeudi soir à l'entrée du tunnel du Somport. Il est suspecté d'avoir tué le jeune Dacquois de 29 ans d'un coup de couteau en plein coeur après une banale dispute à un feu rouge.

C'est une information exclusive France Bleu Béarn.

C'est la fin de la cavale pour le meurtrier présumé d'un Dacquois de 29 ans, Baptiste Sallefranque, à Pau, après une banale dispute entre automobilistes. Le suspect, un chef d'entreprise de 57 ans qui avait pris la fuite jeudi dernier s'est finalement constitué prisonnier au bout d'une semaine de fuite. Frédéric de Chérancé s'est rendu hier soir jeudi tard à Urdos (Pyrénées Atlantiques).

Frédéric de Chérancé - Aucun(e)
Frédéric de Chérancé

Comme au cinéma

Les enquêteurs de la Police Judiciaire l'ont attendu à l'entrée nord du tunnel du Somport en vallée d'Aspe coté français. Sa voiture est apparue en toute fin de soirée. Frédéric de Chérancé a donc décidé de se rendre finalement. Ce jeudi matin, il a contacté son avocat en France qui est entré en contact avec le parquet du tribunal de grande instance de Pau. Toute la journée les conditions de sa reddition ont été discutées, voire négociées. Finalement l'avocat est allé le retrouver en Espagne pour lui faire passer la frontière et le livrer en quelque sorte à la police.

Il est au commissariat ce vendredi matin

Frédéric de Chérancé est actuellement en garde à vue au commissariat de Pau. Il devrait être très rapidement mis en examen et entendu par la juge d'instruction et enfin expliquer son geste et sa fuite. Interpol le recherchait depuis deux jours car très rapidement les enquêteurs avaient acquis la certitude que Frédéric de Chérencé s'était enfui à l'étranger.

La famille du Dacquois Baptiste Sallefranque s'est constituée partie civile pour avoir accès au dossier.