Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Landes : un garagiste fabrique une fausse plaque d'immatriculation pour se venger de son voisin

Un garagiste, soupçonné d'avoir usurpé la plaque d'immatriculation de son voisin, doit être jugé ce jeudi par le tribunal correctionnel de Mont-de-Marsan. Par vengeance, il était passé à toute vitesse devant un radar automatique, à Gabarret (Landes), pour que son voisin reçoive le procès-verbal.

L'auteur des faits s'est fait flasher avec la plaque d’immatriculation de son voisin - Image d'illustration
L'auteur des faits s'est fait flasher avec la plaque d’immatriculation de son voisin - Image d'illustration © Maxppp - Thierry Gachon

Gabarret, France

C'est une banale querelle de voisinage qui prend une tournure judiciaire. En novembre dernier, un habitant de Gabarret, garagiste de profession, est passé à toute vitesse devant un radar avec une voiture sur laquelle il avait installé la plaque d'immatriculation de son voisin. L'auteur des faits, âgé de 44 ans, doit être jugé ce jeudi 16 mai par le tribunal correctionnel de Mont-de-Marsan pour "usurpation de plaque d'immatriculation". 

C'est en recevant le procès-verbal en novembre dernier que le voisin, retraité, a compris qu'il y avait un problème. Le PV mentionne une vitesse de 82 km/h au lieu de 50, mesurée route de Castelnau à Gabarret. "Mais je n'y étais pas passé puisque j'étais ce soir-là à la palombière et j'ai des témoins" explique ce retraité, Joël Ayraud, interrogé par France Bleu Gascogne. 

À l'époque, Joël Ayraud demande alors à consulter la photo prise par le radar. Sur le cliché, reçu quelques jours plus tard, il constate, stupéfait, que c'est bien le même modèle de voiture que la sienne, une Citroën C15, et la même plaque d’immatriculation. Si le conducteur est invisible sur la photo, Joël reconnaît quand même un homme sur la place passager. Et donne son identité aux gendarmes qui, de fil en aiguille, remontent jusqu'au conducteur : c'est le voisin de la victime qui était au volant. Cet homme, âgé de 44 ans et garagiste de profession, a lui-même fabriqué une fausse plaque, qu'il a posé sur un véhicule de même modèle que son voisin. 

Le garagiste avoue

Joint par France Bleu Gascogne, l'usurpateur reconnaît les faits. "J'assume mes actes, j'ai fait une connerie" concède-t-il, tout en expliquant avoir été poussé à bout par son voisin qui le "harcèle en permanence". Les deux hommes sont un conflit depuis plusieurs mois au sujet d'une fuite d'huile de vidange, venant du garage et se déversant chez le voisin retraité. Joël Ayraud avait signalé les faits aux autorités administratives. "À partir de là, tout s'est enchaîné. Il est devenu violent. Il m'a même asséné un coup de poing" explique Joël Ayraud. Pour ces faits de violences, le garagiste avait été condamné par la justice en 2018. 

C'est après cette décision de justice que le garagiste a voulu se venger en fabriquant la fausse plaque d'immatriculation, selon Joël Ayraud. "Il voulait me faire tomber des points au permis ou alors me faire sauter mon permis" estime le retraité, inquiet pour la suite. "C'est assez difficile, parce qu'on s'attend à des représailles supplémentaires. Qu'est-ce qu'il est capable de faire ? Avec ma femme on n'est pas tranquilles. "