Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Landes : une femme condamnée à six mois de prison pour violences conjugales

-
Par , France Bleu Gascogne, France Bleu

Le tribunal de Mont-de-Marsan a condamné ce vendredi une femme à six mois de prison, pour avoir violenté et menacé son mari.

Le palais de justice de Mont-de-Marsan
Le palais de justice de Mont-de-Marsan © Radio France - Valérie Mosnier

Mont-de-Marsan, France

Ce n'est pas monnaie courante. Une femme a été condamnée ce vendredi en comparution immédiate par le tribunal de Mont-de-Marsan à six mois de prison ferme pour violences conjugales. Cette femme de 45 ans, qui vit à La Teste-de-Buch, a frappé et menacé, à plusieurs reprises, son mari. Les derniers incidents remontent à la dernière semaine d'août, à Biscarrosse. 

Le couple est séparé, mais pas divorcé, depuis plusieurs mois. Mais lorsqu'elle découvre que son mari a une nouvelle relation, elle se rend à son appartement à trois reprises et, à trois reprises, cela dérape, à tel point qu'elle le roue de coups et finit par le menacer avec un couteau, sous les yeux du fils de son conjoint et de sa nouvelle compagne. L'homme est blessé à plusieurs endroits du corps et reçoit quatre jours d'ITT.

"J'aimais tellement mon mari, que je ne voulais pas qu'il refasse sa vie" — La prévenue, lors de son audience

Des violences qui ne datent pas d'hier. Cela fait visiblement des mois que cela dure, qu'elle perd les pédales et qu'elle devient incontrôlable. Une femme ronde, de taille moyenne, cheveux courts et châtains, le nez droit, de petits yeux clairs. On est loin de l'imaginer frapper son mari avec une batte de baseball, comme cela a pu arriver. 

Une femme qui s'est construite dans la violence

Cette femme s'est en fait construite dans la violence, et reproduit ce schéma. Petite, son beau-père la frappe. Puis, très jeune, elle se trouve un mari violent, avec qui elle a un enfant, puis un second, dès l'âge de 16 ans. Elle se marie ensuite trois autre fois. Sur ses quatre époux, deux s'avèrent violents. Et lorsqu'elle n'est pas frappée, c'est elle qui frappe. Elle a en effet déjà été condamnée pour violences conjugales en 2007. 

Une femme perdue, qui souffre de dépression et de troubles de la personnalité importants. "J'aimais tellement mon mari, que je ne voulais pas qu'il refasse sa vie", explique-t-elle, en larmes. "Mais votre mari n'est pas votre chose, lui rétorque le président, il a le droit de refaire sa vie."

Un homme décrit comme calme et tranquille

Et lui ? Il n'est pas présent lors de l'audience. Les seules descriptions que le tribunal a, viennent de témoignages, des voisins notamment. Ils parlent tous de quelqu'un de calme, de tranquille. Et ils ajoutent systématiquement que dans ce couple, c'est elle qui domine. Et quand elle le frappe ? Il ne réplique pas, il garde les bras le long du corps, essaye de la raisonner, ou de l'immobiliser. Rien de plus. A bout, il finit donc par porter plainte. Mais devant les enquêteurs, il n'enfonce pas sa femme. Il dit même : "C'est quelqu'un de gentil, qui s'occupe de moi, de mon fils... Mais quand elle pète un plomb, ce n'est plus elle." 

De son côté, elle reconnaît tout. Les larmes aux yeux, la voix nouée, elle demande pardon. Et assure qu'elle veut se soigner. Son avocate d'ailleurs, plaide pour qu'elle n'aille pas en prison mais pour qu'elle soit médicalement accompagnée et suivie. Le tribunal décide finalement de condamner la femme à six mois de prison ferme, assortis d'un injonction de soins.

Choix de la station

France Bleu