Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Lannion : des affrontements entre riverains et la police en plein centre-ville

-
Par , France Bleu Breizh Izel

Dans la nuit de vendredi à samedi, environ 80 jeunes ont affronté la police de Lannion à la sortie des bars. Deux personnes ont été interpellées, dont une mineure. La garde à vue du majeur s'est terminée aujourd'hui et le suspect est relâché.

voiture de police - illustration
voiture de police - illustration © Maxppp - Guillaume BONNEFONT

C'est quasiment du jamais vu dans le centre-ville de Lannion. Dans la nuit de vendredi à samedi, vers 2 heures du matin, des rixes éclatent entre jeunes fortement alcoolisés. À l'arrivée des policiers qui tentent de séparer les personnes en train de s'affronter, les groupes se regroupent et commencent à jeter des projectiles envers les fonctionnaires de police.  

Les autorités appellent des renforts en direction de la gendarmerie ainsi que du commissariat de Saint-Brieuc. Après environ 1h30 d'intervention, la situation est maîtrisée et le calme revient. En tout, 3 policiers auraient été bousculés tandis que 3 jeunes auraient été légèrement blessés. Ils ont décidé de porter plainte. 

Deux personnes interpellées 

Suite aux événements, deux personnes ont été interpellées, un majeur et un mineur. La garde à vue de la personne majeure pour "violences à agent" s'est terminée ce dimanche 14 juin et le suspect a été relâché. L'enquête se poursuit pour essayer d'identifier d'autres participants.

"Dans les propos et leurs attitudes, nous avons constaté une certaine hostilité à l'égard des services de police en parlant de "violence policière" et de "racisme", selon les mots employés par les médias. Donc manifestement, ce contexte médiatique a joué son rôle dans cet attroupement et de son hostilité envers les fonctionnaires de police", explique Stéphane Le Scornec, commandant de police et chef d'état-major à Saint-Brieuc. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess