Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Faits divers – Justice

Lassé par sa clandestinité, un homme se présente à la porte d'une prison lorraine

mercredi 9 mars 2016 à 12:02 Par Nathalie Broutin, France Bleu Roussillon et France Bleu Sud Lorraine

Depuis deux ans l'homme vivait à Perpignan dans le sud de la France. A-t-il été pris de remords ? Il s'est présenté au centre de détention d'Ecrouves en Meurthe-et-Moselle à la fin de l'année dernière. Le tribunal de Nancy l'a condamné ce mardi 8 mars.

L'homme s'était évadé de la prison d'Ecrouves en Meurthe-et-Moselle
L'homme s'était évadé de la prison d'Ecrouves en Meurthe-et-Moselle © Maxppp - Maxppp

Nancy, France

En janvier 2014 , l'homme âgé de 34 ans, multirécidiviste, bénéficie d'une permission de sortie pour participer à un entretien dans une association d'insertion à Dijon. Depuis... Personne ne l'a revu, jusqu'à cette fin d'année dernière où il se présente au centre de détention d'Ecrouves en Meurthe-et-Moselle ! Le tribunal correctionnel de Nancy a condamné le trentenaire  ce mardi 8 mars à 9 mois de prison ferme pour évasion.

Lassé par sa clandestinité

Le quotidien l'Est Républicain relate l'audience correctionnelle.  L'homme y  "justifie son évasion par une crise de nerfs qu'il aurait faite ce jeudi 14 janvier 2014".  Le détenu a aussitôt quitté la région Lorraine, pour vivre près de sa compagne à Perpignan dans les Pyrénées-Orientales. Le quotidien dans son article écrit que l'homme "vivait au black" et a mené "une vie de Monsieur tout le monde" pendant deux ans. "Je n'ai commis aucun délit durant cette période, je ne suis pas à ma place en prison" retient encore l'Est Républicain parmi les  déclarations faites par le détenu à la barre. 
L'homme aurait été lassé  finalement par sa clandestinité, ce qui expliquerait son retour deux après son évasion.