Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice
Dossier : Mouvement des "gilets jaunes"

Laval : trois mois de prison avec sursis pour le Gilet jaune qui avait agressé un gendarme en novembre 2018

-
Par , France Bleu Mayenne

Le 17 novembre 2018, premier jour de mobilisation des Gilets jaunes, plusieurs centaines de manifestants avaient tenté de pénétrer dans la préfecture. Alors que les forces de l'ordre intervenaient, le prévenu a aspergé le visage d'un gendarme de gaz lacrymogène.

Le tribunal de Laval - image d'illustration.
Le tribunal de Laval - image d'illustration. © Radio France - Charlotte Coutard

Laval, France

Trois mois de prison avec sursis pour l’auteur des violences à Laval lors de la manifestation du 17 novembre 2018. Un Mayennais âgé de 23 ans a été reconnu coupable d'avoir aspergé le visage d'un gendarme de gaz lacrymogène. Il nie les faits.

Les faits se sont produits pendant l'acte I de la mobilisation des Gilets Jaunes. Une journée marquée par des incidents : plusieurs centaines de manifestants s'étaient réunis devant la préfecture de la Mayenne pour tenter d'y pénétrer. Parmi eux, le prévenu, âgé de 22 ans à l'époque des faits.

400 euros de dommages et intérêts pour la victime

Les gendarmes avaient alors essuyé des jets de pierre, de panneaux de signalisation et de barrière de sécurité. Pour disperser les manifestants, les forces de l'ordre ont fait usage de lances à eau. Deux manifestants, hors du champ de vision du gendarme, ont surgi une fois les canons éteints ; parmi eux, l'homme qui a lancé le gaz lacrymogène au visage de ce gendarme. Cette attaque n'a pas entraîné d'intervention temporaire de travail (ITT) pour la victime, mais une irritation des voix respiratoires pendant plusieurs heures.

En plus de ces trois mois de prison avec sursis, l'homme est aussi condamné à verser 400 euros de dommage et intérêts pour préjudice moral à la victime.

Choix de la station

France Bleu