Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

"Gilets jaunes" : le procureur de la République de Toulouse entre inquiétudes et fermeté

vendredi 7 décembre 2018 à 10:34 Par Vanessa Marguet, France Bleu Occitanie

Le procureur de la République de Toulouse était l'invité de France Bleu Occitanie ce vendredi. Dominique Alzeari s'inquiète de voir beaucoup de mineurs dans les personnes interpellées et estime qu'il faut être ferme dans le traitement des dossiers.

Dominique Alzeari, procureur de la République de Toulouse dans les studios de France Bleu Occitanie
Dominique Alzeari, procureur de la République de Toulouse dans les studios de France Bleu Occitanie © Radio France - Alban Forlot

Toulouse, France

Le procureur de la République de Toulouse se dit inquiet de la multiplication des violences et des incivilités en marge de la mobilisation des gilets jaunes, et surtout des lycéens. Il y a eu 53 personnes interpellées et placées en garde à vue depuis lundi à Toulouse dont 38 mineurs, relate le magistrat. "Il s'agit beaucoup de jeunes gens, parfois encadrés par des personnes plus âgées, qui se livrent à des débordements à leurs risques aussi". 

Fermeté et réponses adaptées

Quand on demande à Dominique Alzeari si il a reçu des consignes de fermeté de la part du ministère. Il explique que ça ne concerne pas les peines, mais le traitement des dossiers des casseurs. 

Il y a une fermeté dans la gestion des dossiers, qui se traduit très clairement par un déferrement systématique des personnes qui ont été interpellées et placées en garde à vue.

Le procureur de la république de Toulouse explique que des précautions particulières sont prises pour les mineurs déférés devant des magistrats spécialisés du parquet, avec leurs avocats. Les dossiers sont montés en prenant en compte "des éléments de contexte sur leurs personnalités, leur environnement familial pour grader la réponse pénale". Les jeunes interpellés cette semaine se sont vu proposer par exemple pour certains des stages de citoyennetés. Seuls quelques-uns ont été présentés devant un juge pour enfants. 

Le procureur de la République de Toulouse a prévu de renforcer les permanences des magistrats ce week-end, avec l'acte 4 de la mobilisation des gilets jaunes. 

Réforme de la justice

Concernant la réforme de la justice, les députés ayant voté dans la nuit de mercredi à jeudi la fusion controversée des tribunaux d'instance et de grande instance, Dominique Alzeari rappelle que cette réforme a pour but de "garantir la proximité du citoyen avec la justice et sa simplification".  Il entend les craintes d'un certain nombre d'avocats et de magistrats de voir à terme disparaître des tribunaux et de voir la justice s'éloigner des justiciables. Mais il assure que "les bâtiments judiciaires ne vont pas être abandonnés. L'ensemble des bâtiments continueront à fonctionner comme des bâtiments judiciaires".

Ecoutez l'interview de Dominique Alzeari sur France Bleu Occitanie