Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Marseille prête à accueillir "sans condition" le Alan Kurdi, navire de l'ONG Sea-Eye, et ses naufragés

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Provence, France Bleu

L'ONG allemande Sea-Eye a annoncé ce mercredi que son bateau, avec plus d'une centaine de migrants à bord, faisait route vers le port marseillais après l'échec de ses tentatives pour rejoindre les côtes italiennes. Marseille est prête à accueillir le navire, "sans condition".

Sur un bateau pneumatique, lors d'une opération de sauvetage (photo publiée par l'ONG en avril 2020)
Sur un bateau pneumatique, lors d'une opération de sauvetage (photo publiée par l'ONG en avril 2020) © AFP - Cedric FETTOUCHE / sea-eye.org

Samedi dernier, le bateau Alan Kurdi, de l'ONG allemande Sea-Eye, a sauvé 133 migrants en mer. Après l'échec de ses tentatives pour rejoindre les côtes italiennes, l'ONG a annoncé ce mercredi que le navire faisait route vers le port de Marseille. "L'inaction des autorités italiennes et allemandes nous contraint à cette mesure", a assuré le dirigeant de l'ONG, Gorden Isler, dans un communiqué.

L'Alan Kurdi fait donc route vers le port marseillais où il devait "comme prévu se rendre pour procéder à un changement d'équipage et se préparer à une nouvelle intervention" en Méditerranée orientale, a précisé l'ONG Sea-Eye. Avant son départ, les garde-côtes italiens avaient évacué deux femmes, un homme et cinq enfants, dont un bébé de 5 mois. 125 personnes se trouvent donc encore à bord.

Marseille, prête à accueillir "sans condition" le Alan Kurdi

Le premier adjoint à la maire de Marseille, Benoît Payan, a annoncé que la ville était prête à accueillir "sans condition" le Alan Kurdi. "Si le Alan Kurdi émet la volonté de venir à Marseille, nous réitérons la position selon laquelle nous ne laisserons personne se noyer en Méditerranée", a-t-il déclaré. "Puis le droit commun s'appliquera pour la gestion concrète de l'accueil des naufragés à bord".

Mais cette décision n'est cependant pas de la compétence de la ville, elle dépend des autorités nationales. Marseille avait déjà fait cette proposition fin août, "conformément à son histoire et à ses traditions", alors qu'un autre navire humanitaire, le Louise-Michel, affrété par le street-artist britannique Banksy, voguait en Méditerranée avec des dizaines de migrants à bord.

Aucune demande acceptée

L'ONG allemande précise que jusqu'à mardi soir, "aucun poste de commandement des opérations de sauvetage européen n'a pris en charge la coordination pour les gens sauvés qui se trouvent sur le Alan Kurdi". Les Italiens ont renvoyé la demande à l'Allemagne, pays d'origine de l'ONG.

Sea-Eye a renouvelé jusqu'à mardi soir ses demandes aux postes de commandement d'Italie, de Malte, d'Allemagne et de France ainsi qu'au ministère allemand des Affaires étrangères, "mais aucun n'a répondu". Depuis, le bateau est en route pour Marseille.

Très forte augmentation des tentatives de traversée

La Méditerranée centrale est la route migratoire la plus meurtrière du monde pour les candidats à l'exil vers l'Europe. L'année 2020 connaît une recrudescence d'embarcations dans cette zone, venues essentiellement de Libye et de la Tunisie voisine. Sur les sept premiers mois de l'année, les tentatives de traversée au départ de la Libye ont augmenté de 91%, comparé à la même période l'an dernier. Ce qui représente 14.481 personnes ayant pris la mer. Au départ de la Tunisie, ce sont 10.174 personnes candidates au départ. C'est une augmentation de 462%.

Cette année, plus de 300 migrants ont péri en tentant la traversée, mais ce chiffre pourrait être en fait beaucoup plus élevé selon l'Organisation internationale pour les migrations.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess