Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Le blocage du centre pénitentiaire de Rennes-Vezin se poursuit

lundi 22 janvier 2018 à 20:33 Par Brigitte Hug, France Bleu Armorique

La réunion entre la garde des sceaux et les syndicats de personnel pénitentiaire, lundi après-midi, n'a pu aboutir à un accord, après huit jours d’une mobilisation nationale. Les syndicats appellent à poursuivre le blocage des prisons, mardi, comme à Rennes-Vezin.

Des surveillants mobilisés à la prison de Rennes-Vezin
Des surveillants mobilisés à la prison de Rennes-Vezin © Radio France - Brigitte Hug

Rennes, France

La garde des Sceaux, Nicole Belloubet, et les syndicats de la pénitentiaire ont donc prévu de se revoir, mardi, pour parler de créations d'emplois et de sécurité des personnels. En attendant, le blocage des prisons se poursuit.  Lundi déjà au centre pénitentiaire de Rennes-Vezin, une soixantaine de surveillants ont empêché les entrées et sorties. Dès 6h du matin, ils ont fermé le portail, mis des palettes en travers de la voie d'accès et allumé des feux. "On a voulu marquer le coup parce qu'on en a vraiment ras-le bol. On a l'impression de ne pas être écouté. On a un manque d'effectifs et de moyens.", explique Eric Poxé, de l'UFAP-Justice. 

Parfois un seul agent gère 80 détenus!

Son collègue de la CGT pénitentiaire, Hervé Villalon, précise qu'il manque, d'après lui, 25 postes à Rennes-Vezin: "Parfois un seul agent gère 80 détenus. C'est un nombre d'activités et de mouvements incommensurables! Il ne peut pas faire attention à quelqu'un qui pourrait être en détresse ou agressif. Tout cela passe à la trappe." Le centre de détention rennais, prévu pour 690 prisonniers, en accueille 800.

Le blocage de la prison a débuté dès 6h du matin - Aucun(e)
Le blocage de la prison a débuté dès 6h du matin - Stéphane Masson

Les CRS sont intervenus en fin de matinée pour rétablir l'accès au centre pénitentiaire et permettre les extractions de détenus. Un accusé devait comparaître devant les assises d'Ille-et-Vilaine. Les policiers, après de brèves sommations, ont utilisé des gaz lacrymogènes et pu ouvrir le portail. "On ne peut pas lutter contre le gaz. C'était assez violent!", estime Stéphane Masson, de FO pénitentaire. Hervé Villalon ajoute: "D'habitude, on se met d'accord entre les forces de l'ordre et nous. On résiste un peu et on se pousse gentiment. Mais le commandant de l'escadron a choisi une autre option: gazer et forcer le passage! ".