Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Le "braqueur" de Flixecourt condamné à un an de prison ferme et deux ans avec sursis

vendredi 14 septembre 2018 à 20:14 Par Valérie Massip, France Bleu Picardie

L'auteur du braquage de la caisse d'épargne de Flixecourt est condamné à trois ans de prison dont deux avec sursis pour vol aggravé. Il était jugé ce vendredi en comparution immédiate au tribunal correctionnel d'Amiens. Mardi, il était reparti de la banque avec 3 000 euros en liquide

L'homme était jugé au tribunal correctionnel d'Amiens en comparution immédiate ce vendredi
L'homme était jugé au tribunal correctionnel d'Amiens en comparution immédiate ce vendredi © Radio France - Valérie Massip

Amiens, France

Un an de prison ferme, deux autres avec sursis, c'est la peine prononcée ce vendredi par le tribunal correctionnel d'Amiens après le braquage de la caisse d'épargne de Flixecourt mardi. 

Déjà condamné pour des affaires de stupéfiants

L'auteur, un homme de 34 ans, connu de la justice pour des affaires de stupéfiants, est aussi condamné à deux ans de mise à l'épreuve avec obligation de soins. Un suivi psychiatrique et addictologique ainsi qu'à l'obligation d'indemniser ses victimes. L'homme qui ne sait ni lire ni écrire, au rsa, toxicomane, est sous curatelle renforcée. Le vol à main armée n'a pas été retenu sinon il se serait retrouvé devant les Assises. 

Je ne sais pas ce qui m'a pris ce jour-là

L'homme explique que mardi dernier, il devait voir sa fille de 8 ans avec laquelle il a peu de contacts. Il se dit "navré", qu'il "ne sait pas ce qui lui a pris ce jour-là". Il explique en gros qu'il avait besoin d'argent pour faire des courses, acheter un cadeau à sa fille... alors que selon lui sa curatrice ne lui donnait pas assez d'argent.