Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Ce que l'on sait sur l'évasion du braqueur Redoine Faïd à la prison de Réau

dimanche 1 juillet 2018 à 12:28 - Mis à jour le lundi 2 juillet 2018 à 9:59 Par Xavier Demagny, France Bleu Paris, France Bleu Nord, France Bleu Picardie et France Bleu

Le braqueur récidiviste Redoine Faïd s'est évadé dimanche par hélicoptère du centre pénitentiaire de Réau (Seine-et-Marne). Il est activement recherché par 2.900 policiers et gendarmes du pays.

L'hélicoptère qui a servi à l'évasion du braqueur, dimanche.
L'hélicoptère qui a servi à l'évasion du braqueur, dimanche. © Maxppp - IAN LANGSDON

Réau, France

Redoine Faïd, braqueur récidiviste, s'est évadé par hélicoptère ce dimanche vers 11h20 du centre pénitentiaire de Réau en Seine-et-Marne, avec la complicité d'un "commando armé". Cette évasion a fait un blessé, le pilote de l'hélicoptère pris en otage par le commando et roué de coups. Redoine Faïd  est à présent le détenu le plus recherché de France.

Redoine Faïd était au parloir avec son frère 

Selon une source policière, Redoine Faïd était au parloir avec son frère, Brahim. Ce dernier a été placé en garde à vue. L'hélicoptère s'est presque posé dans la cour d'honneur de la prison, qui n'est pas équipée d'un filin de sécurité, contrairement à la cour de promenade. L'engin est en fait resté "en léger survol au-dessus de la cour", a détaillé la ministre de la justice Nicole Belloubet. 

Un commando équipé d'armes de guerre

La ministre a précisé que deux personnes sont "sorties de l'hélicoptère, pendant que le troisième surveillait  le conducteur". Ensuite, ces deux personne sont "scié le pêne de la porte avec une meuleuse et sont allées  chercher Redoine Faïd" au parloir. "L’évasion a duré quelques minutes seulement", a précisé le ministère de la Justice.

Une fois l'appareil posé dans la cour d'honneur de la prison, deux individus "portant des cagoules et des brassards de police" et équipés de "fusil d'assaut de type kalachnikov", sont descendus et ont "lâché des fumigènes dans la cour", a raconté à l'AFP Martial Delabroye, secrétaire FO du centre pénitentiaire.

Le pilote de l'hélico contacté pour un baptême de l'air 

Selon les premiers éléments de l'enquête, l'hélicoptère est parti de Lognes (Seine-et-Marne), alors que l'équipe avait contacté le pilote 15 jours avant pour un baptême de l'air. Deux hommes du commando vont alors braquer le pilote avec une arme de poing et l'obliger à voler jusqu'à Melun, à une trentaine de km au sud, où ils vont récupérer un troisième complice, avant de voler à nouveau vers la prison de Réau.

Le commando a voulu brûler l'hélico 

L'hélicoptère s'est donc envolé avec Faïd et ses complices vers Gonesse (Val-d'Oise), à une soixantaine de km de la prison, où il s'est posé. Le pilote sera roué de coups et laissé sur place en état de choc, d'où il a plus tard été transporté à l'hôpital par les secours. L'hélicoptère a fait l'objet d'une tentative de mise à feu avec un cocktail molotov.

L'hélicoptère qui a servi à l'évasion de Redoine Faïd a été retrouvé près de l'aéroport de Roissy.  - AFP
L'hélicoptère qui a servi à l'évasion de Redoine Faïd a été retrouvé près de l'aéroport de Roissy. © AFP -

En fuite dans une camionnette 

Redoine Faïd et ses complices ont pris la fuite sur l'autoroute A1 à bord d'une Renault Mégane noire avant de changer de véhicule et de monter à bord d'une camionnette, selon les informations recueillies par franceinfo. 

La première voiture qui a servi à la fuite de Redoine Faïd, examinée par les enquêteurs.  - AFP
La première voiture qui a servi à la fuite de Redoine Faïd, examinée par les enquêteurs. © AFP

Des repérages en amont avec des drones ? 

"Il s'agit là d'une évasion hors norme, qui a supposé un commando très bien préparé" avec "un hélicoptère, trois personnes plus un (pilote) instructeur pris en otage", a affirmé la garde des Sceaux Nicole Belloubet, selon qui les complices avaient "sans doute repéré les lieux par le biais de drones".

L'homme le plus recherché de France

Toutes les forces les polices nationales, municipales, sécurité publique et forces de gendarmeries sont en alerte afin d'empêcher que Redoine Faïd ne gagne l’étranger. La police aux frontières est mobilisée, notamment à la frontière belge, car la voiture a pris la direction du nord. La police judiciaire de Versailles est saisie de l'enquête. Une enquête du parquet de Paris est ouverte pour "évasion en bande organisée" et "association de malfaiteurs". 2.900 policiers et gendarmes sont mobilisés, et un signalement a été diffusé sur l'ensemble du territoire.

Ce n'est pas sa première évasion

En 2017, Redoine Faïd avait déjà été condamné à dix ans de prison pour s'être évadé de la prison de Sequedin (Nord), en 2013, avec quatre complices. Quatre surveillants avaient alors été pris en otages, cinq portes avaient été explosées avec du plastic et le braqueur avait été récupéré en voiture.  

Redoine Faïd avait aussi été condamné à vingt-cinq ans de réclusion criminelle, il y a moins de trois mois, pour avoir organisé le braquage raté qui avait entraîné la mort de la policière municipale Aurélie Fouquet en 2010 dans le Val-de-Marne. 

En 2010, Faïd s'était présenté comme repenti.  - AFP
En 2010, Faïd s'était présenté comme repenti. © AFP -