Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Un Haut-Savoyard se fait arracher le bras par un lion, l'agence de voyages reconnaît sa responsabilité

-
Par , France Bleu Pays de Savoie, France Bleu

Lors d'un séjour en 2015 en Tanzanie, organisé par une agence de voyages britannique, un retraité haut-savoyard a eu le bras arraché par un lion. Après plusieurs années de procédure, le tour-opérateur vient de reconnaître sa responsabilité.

Un lion a attaqué le Haut-Savoyard dans sa tente durant la nuit
Un lion a attaqué le Haut-Savoyard dans sa tente durant la nuit © Maxppp - Pan Siwei

Après avoir eu le bras arraché par un lion durant un séjour organisé en Afrique en 2015, un Haut-Savoyard a attaqué en justice l'agence de voyages britannique organisatrice, Africa Travel Resource. Il aura fallu cinq ans pour qu'elle reconnaisse sa responsabilité. Elle l'a fait, et c'est une véritable victoire juridique, la semaine dernière juste avant l’ouverture du procès. L'information qui a été révélée par des médias britanniques, notamment le Times, nous a été confirmée par l’intéressé.

Les avocats des deux parties ont donc trouvé un accord et le juge britannique a d'ores et déjà ordonné au tour-opérateur de verser 100.000 livres au cabinet d'avocat des Haut-Savoyards, pour couvrir une partie des frais de justice engagés dans cette procédure. Une prochaine audience sera organisée afin de déterminer le montant des dommages et intérêts que l'agence devra verser.

"Une nuit horrible" durant un safari en Tanzanie

Le retraité haut-savoyard se souvient de ce drame comme si c'était hier. Ce soir d'été 2015, lui et sa femme sont alors en voyage organisé en Tanzanie, pays de l'Afrique de l'Est. "On dormait dans une tente durant un safari photo. Une nuit, un lion a déchiré la tente puis est entré. _Il a joué avec mon épouse comme les gros chats font_, c’est-à-dire qu'il l'a poussé avec le museau."

Le récit de l'attaque, à l'été 2015

"On pensait qu'il y avait une surveillance. Mais non, il n'y avait personne. Ce n'est pas un accident, c'est une faute"

"Le lion a avancé vers moi puis il a dû me toucher avec sa crinière. Je me suis redressé et je suis tombé face à la gueule avec le  lion. _Il voulait me prendre le visage et là j'ai hurlé comme une bête_,  un cri assez horrible. En reculant il m'a arraché le bras avec sa patte et mordu le visage." Selon le Haut-Savoyard, ce drame a eu lieu "car il n'y avait pas de garde, et le guide, qui était formidable au niveau connaissance des animaux, s'est dit qu'il n'y aurait pas de problème. On pensait qu'il y avait une surveillance mais non il n’y avait personne. Il était seul à être armé et s'est endormi dans sa tente."

Une quinzaine d'opérations et des séquelles à vie

A son retour en France, l'homme d'une soixantaine d'années subi une quinzaine d'opérations. "Il m'a arraché le bras, depuis l'épaule jusqu'à l'avant-bras. _Il n'y avait plus que l'os_. Les chirurgiens m'ont donc réparé en prenant tout le grand dorsal, ont fait un lambeau pour reconstruire la chair du bras mais c'est de la chair qui ne sert à rien". Son bras est désormais inutilisable et ce passionné de voyage souffre également de douleurs neuropathiques. 

"Pour nous le plus important c'est qu'ils reconnaissent leur responsabilité. On veut éviter qu'à l'avenir cela arrive à d'autres"

C'est cette souffrance au quotidien qui pousse le couple à lancer une procédure. "_On s'est levé un matin et on s'est dit que ce n'était pas possible, on ne pouvait pas rester comme ça. On ne pourra jamais me réparer et me permettre de vivre normalement donc je me suis dit qu_'il fallait trouver des solutions pour que ça n'arrive plus." 

Ce dénouement est désormais un soulagement. "Pour nous le plus important c'est qu'ils reconnaissent leur responsabilité. On n'est plus les seuls à subir les conséquences. Ils vont avoir des soucis financiers, de pub, de presse. Mais surtout, on veut éviter qu'à l'avenir cela arrive à quelqu'un d'autre. Il y a énormément de gens qui vont en Afrique, ça peut se produire."

"Un avant et un après" ce drame

Selon le Haut-Savoyard, son drame a déjà eu "un avant et un après". L'agence a pris de nouvelles mesures pour renforcer la sécurité. "Elle a, par exemple, imposé au guide la présence un directeur qui s'occupe de l'organisation." Encore marqué psychologiquement, le couple n'est depuis pas retourné en Afrique.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess