Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Accident au péage de Saint-Isidore : le camion roulait trop vite

lundi 2 novembre 2015 à 16:47 Par Laurent Vareille, France Bleu Azur

Le procureur de la République de Nice a tenu à faire le point ce lundi sur l'accident de jeudi dernier au péage de Saint-Isidore. Jean-Michel Pretre a précisé que le camion roumain a percuté la barrière à 120 km/h.

Le péage de Saint-Isidore après l'accident.
Le péage de Saint-Isidore après l'accident. © Maxppp

Nice, France

Les experts livrent un peu plus leurs conclusions. La première, sortie de l'enquête, révèle ce lundi que le camion qui a percuté le péage de Saint-Isidore roulait à 120 km/h

Le véhicule roulait donc très vite mais surtout (d'après les premiers témoignages, dont celui du chauffeur) avait contracté un problème aux freins depuis déjà quelques kilomètres. Sans doute avant la grande descente vers la plaine du Var. 

L'enquête révèle également que le contrôle technique du véhicule était bon. Toutefois, le procureur ne mâche pas ses mots et pointe du doigt la responsabilité du chauffeur roumain mis en examen pour homicide involontaire et depuis incarcéré à la prison de Nice :

"Le comportement anormal du véhicule était clair. Un chauffeur professionnel ne pouvait l'ignorer. Il n'aurait jamais dû s'engager dans la descente."

Le procureur de Nice accuse le chauffeur.

De son côté, le camionneur explique qu'il n'a pas pu se ranger dans les voies de secours spécialement aménagées dans le contournement de Nice à cause d'un trafic trop chargé. L'entreprise, propriétaire du véhicule et située en Roumanie, n'a pas encore répondu aux sollicitations de la justice française.

Le ministère public cherche alors des témoins. Il vient de lancer un appel aux automobilistes qui auraient vu ce camion "fou" peu avant 17h, jeudi 29 octobre.

Appel à témoin