Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice
Dossier : L'affaire Barbarin - Preynat

Le cardinal Barbarin condamné à six mois de prison avec sursis pour non-dénonciation de crimes pédophiles

- Mis à jour le -
Par , France Bleu, France Bleu Saint-Étienne Loire, France Bleu Isère, France Bleu Drôme Ardèche

Le cardinal Barbarin a été condamné à six mois de prison avec sursis, ce jeudi. Il était poursuivi pour ne pas avoir dénoncé les agressions sexuelles du père Preynat sur des scouts dont il avait la charge. Ses avocats ont immédiatement annoncé qu'ils feront appel de cette décision.

Le cardinal Barbarin lors de son procès, à Lyon, en janvier 2019.
Le cardinal Barbarin lors de son procès, à Lyon, en janvier 2019. © Maxppp -

"Je ne vois pas de quoi je suis coupable", avait déclaré le cardinal Philippe Barbarin lors de son procès, à Lyon, en janvier 2019. Le tribunal correctionnel de Lyon a vu, lui. Il a condamné le cardinal Barbarin à six mois de prison avec sursis pour ne pas avoir dénoncé les agressions sexuelles d'un prêtre de son diocèse, le père Bernard Preynat, sur les enfants dont il avait la charge. Le jugement a été rendu, ce jeudi matin, en l'absence du cardinal. La présidente du tribunal Brigitte Vernay l'a "déclaré coupable de non-dénonciation de mauvais traitements" envers un mineur entre 2014 et 2015. C'est le troisième cardinal à être condamné, en France, pour des faits similaires après deux autres en 2001 et en 2018.

"Non-dénonciation de mauvais traitements envers un mineur"

Cinq anciens responsables du diocèse de Lyon étaient également jugés aux côtés du cardinal Barbarin : Thierry Brac de la Perrière, aujourd'hui évêque de Nevers et, à l'époque, évêque auxiliaire de Lyon, Régine Maire, en charge de la cellule d’écoute des victimes de prêtres, Xavier Grillon, le vicaire épiscopal pour le Roannais et donc, à l’époque, supérieur hiérarchique direct du père Preynat, Maurice Gardès, aujourd’hui archevêque d’Auch et à l’époque, responsable du secteur du Roannais où Bernard Preynat était curé ainsi que Pierre Durieux, l'ancien directeur de cabinet de l’archevêque Barbarin. 

Pour ces cinq autres prévenus, le tribunal a considéré que les faits étaient, selon les cas, soit pas constitués soit prescrits et n'a donc pas prononcé de condamnation à leur encontre. À l'issue du procès, en janvier dernier, la procureure n'avait requis requis aucune peine à l'encontre des six prévenus, un avis conforme à celui du parquet, qui avait classé sans suite une première enquête en 2016. Les six accusés encouraient trois ans de prison et 45.000 euros d'amende.

Barbarin démissionne et fait appel

Dès le jugement rendu public, les avocats du cardinal ont annoncé qu'ils feraient appel de cette décision. "La motivation du tribunal ne me convainc pas. Nous allons donc contester cette décision par toutes les voies de droit utiles", a indiqué Jean-Félix Luciani, en relevant qu'il "était difficile pour le tribunal de résister à une telle pression avec des documentaires, un film... Ça pose de vraies questions sur le respect de la Justice", a relevé l'avocat. Dans la foulée, le cardinal Barbarin a annoncé qu'il présenterait dans les jours qui viennent sa démission au pape.

Le père Bernard Preynat est poursuivi pour agressions sexuelles sur des scouts dont il avait la charge, dans les années 80-90, à Sainte-Foy-lès-Lyon. Les agissements de ce prêtre avaient été signalés au diocèse de Lyon par la famille d'une des victimes. Il avait ensuite simplement été changé de paroisse et envoyé dans le Roannais. Près de 70 enfants seraient concernés.

Les victimes de ce prêtre, regroupées au sein de l'association "La Parole libérée", ont toujours dénoncé le "silence du diocèse" et notamment l'inaction du cardinal Barbarin, qui avait pourtant eu connaissance des "penchants" de ce prêtre dès 2007-2008.

Bernard Preynat est aujourd'hui mis en examen. Son procès pourrait avoir lieu à la fin de l'année.

→ NOTRE DOSSIER - Tout comprendre de l'affaire Bernard Preynat

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu