Faits divers – Justice

Le chauffard d'Argelès s'est rendu aux gendarmes de Perpignan

Par Simon Colboc, France Bleu Roussillon et France Bleu lundi 17 juillet 2017 à 10:39

Le suspect s'est présenté dans la nuit de dimanche à lundi à la gendarmerie de Perpignan
Le suspect s'est présenté dans la nuit de dimanche à lundi à la gendarmerie de Perpignan © Maxppp -

Le conducteur qui a volontairement renversé un passant et un policier dimanche matin à la sortie d'une boîte de nuit s'est rendu ce lundi matin auprès des gendarmes de Perpignan.

Un homme s'est rendu dans la nuit de dimanche à lundi à la gendarmerie de Perpignan, s'accusant d'être le conducteur de la voiture qui a renversé deux personnes dont un policier municipal à Argelès-sur-mer (Pyrénées-Orientales) dimanche.

L'homme s'est présenté peu après minuit à la gendarmerie et a été placé en garde à vue.

Vers 5h30 ce dimanche matin, après une dispute dans une boite de nuit, un automobiliste décide de foncer sur une bande rivale avant de prendre la fuite. L'automobiliste a remonté à grande vitesse, et en sens interdit, une allée d'Argelès-Plage.

Un jeune homme a été projeté à plusieurs mètres. Il a été transporté dans un état grave à l’hôpital de Perpignan où il est toujours hospitalisé ce lundi matin.

Alors que le chauffard revenait vers sa victime, un policier municipal d'Argelès qui procédait à des contrôles avec plusieurs collègues, a tenté de s'interposé. Ce policier a été percuté au niveau de la jambe. Après plusieurs heures à la clinique Médipôle de Cabestany, il a pu rentrer chez lui hier. Deux de ses collègues ont ouvert le feu sur la voiture folle sans parvenir à la stopper.

Le chauffard n'est cependant pas allé bien loin : il a perdu le contrôle du véhicule immatriculé dans les Pyrénées-Orientales au niveau d'un rond-point avant de poursuivre son chemin à pied. Dès dimanche, les gendarmes ont procédé à des relevés d'empreintes dans la voiture.

Comme le veut la procédure, les deux policiers municipaux qui ont fait usage de leurs armes ont été placés en garde à vue afin de vérifier qu'ils ont bien agi en état de légitime défense. Choqués, ces deux policiers et leur collègue blessé sont tous les trois en arrêt de travail ce lundi. Ce dernier s'est vu prescrire une ITT de cinq jours.