Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Le chauffard de l'A7 condamné à 14 mois de prison ferme

lundi 23 juillet 2018 à 21:25 Par Jade Peychieras, France Bleu Drôme Ardèche et France Bleu

Samedi dernier sur l'A7 et sur la Lacra, le Marseillais de 30 ans avait semé la panique lors d'une folle course-poursuite avec les gendarmes. Il passait en comparution immédiate ce lundi soir et écope de 14 mois de prison. Il a été écroué.

Palais de justice de Valence (Drôme).
Palais de justice de Valence (Drôme). © Radio France - Florence Gotschaux

Valence, France

Cheveux bruns et ras, collier de barbe mi-longue, sourcils proéminents et nez court, Franck se présente derrière la vitre du box des accusés, au tribunal de Valence. "Je suis désolé" sont ses premiers mots, avant même toute explication. La présidente reprend les faits les uns après les autres, et la folle course-poursuite de ce Marseillais de 30 ans se dessine peu à peu. 

Ce samedi, sur l'A7, à hauteur de Valence, il est coincé dans les bouchons. "Ma femme devait faire sa première échographie à Marseille, j'étais en retard", explique-t-il. Excuse que la procureure de la République a du mal à avaler. Sauf qu'un samedi de juillet, classé rouge sur les routes, il y du monde. Franck va donc remonter la bande d'arrêt d'urgence, au volant de sa Citroën Saxo.

Course-poursuite sur la Lacra

Les gendarmes l'arrêtent, le contrôlent. Il donne une fausse identité mais accepte de les suivre, avant de leur fausser compagnie, et de s'enfuir. "J'avais peur d'aller en garde à vue", se justifie-t-il. Il passe le péage de force, fait un tête à queue au rond point et fonce en direction du plateau des Couleures, pris en chasse par les gendarmes, à plus de 160 km/heure. Quelques centaines de mètres plus loin, une voiture, coincée dans les bouchons. Franck pile sur plus de 40 mètres. 

Trop tard : il heurte le véhicule d'une mère et sa fille, qui heurte à son tour la voiture de devant. Les deux femme souffrent de douleurs aux cervicales. "Je suis désolé, du fond du cœur", assure le prévenu. Il va d'ailleurs leur dire directement, au moment des faits, insiste son avocate, Me Mathilde Brunel. "Vous avez de la chance que ça ne soit pas plus grave", lui lance l'avocat des victimes. "Les faits sont sidérants", de l'aveu même de la procureur de la République.

Cumul des infractions

D'après un test salivaire effectué dans la foulée de l'interpellation, le chauffard a consommé de la drogue. Le tribunal ne retiendra pas le chef d'accusation de conduite sous emprise de stupéfiant, la comparution immédiate n'ayant pas permis d'effectuer de test sanguin. L'outrage à agent ne sera pas non plus retenu, malgré "des insultes et des menaces à l'encontre des gendarmes" qui l'interpellent, souligne la procureure de la République. 

La voiture en question ? Achetée au mois d'avril, sans permis et donc sans assurance, et déjà une vingtaine d'infractions au compteur. "Cinq feux rouges, neuf radars, une ceinture...", énumère la présidente."C'était pas moi", répond l'intéressé. "Vous avez 30 ans, monsieur, pas 15", lui assène-t-elle.  Il sera condamné à 14 mois de prison ferme et 2500 euros de dommages et intérêts au titre du préjudice moral.