Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

Besançon : le chauffard qui a forcé deux barrages de gendarmerie le 1er janvier écope de dix mois de prison

Par

Ce vendredi, le chauffard qui avait forcé deux barrages de gendarmerie le soir du nouvel an à Besançon à été jugé. Il écope de 10 mois de prison ferme et 400 euros d'amende.

Le chauffard avait passer deux barrages de gendarmerie le soir du nouvel an, à la sortie de la boite de nuit Le Teasing à Besançon. Le chauffard avait passer deux barrages de gendarmerie le soir du nouvel an, à la sortie de la boite de nuit Le Teasing à Besançon.
Le chauffard avait passer deux barrages de gendarmerie le soir du nouvel an, à la sortie de la boite de nuit Le Teasing à Besançon. © Radio France - Alia Doukali

À Besançon, le chauffard qui avait forcé deux barrages de gendarmerie le 1er janvier, à été jugé par le tribunal correctionnel de Besançon. Il écope de 10 mois de prison ferme et de 400 euros d'amende. 

Publicité
Logo France Bleu

Les faits ont eu lieu le matin du nouvel an, à la sortie de la boite de nuit "le Teasing", à Besançon. Un contrôle de gendarmerie est alors organisé, vers 7 heures. À la vue des barrages, le conducteur jugé ce vendredi, tente de faire demi-tour pour échapper aux contrôles de gendarmerie. L'homme âgé de 30 ans est sans permis de conduire et alcoolisé.  Il manque de renverser un colonel de gendarmerie sur son passage et des militaires. Le colonel de gendarmerie ouvre le feu en direction de la voiture qui roule à vive allure. "J'ai eu peur, c'est la première fois qu'on me tire dessus", raconte le chauffard lors de l’audience. Finalement, un "stop stick" jeté sur la route crève les pneus du véhicule. Trois passagers sont interpellés, mais le conducteur s'échappe en courant. 

Un mandat de recherche est alors lancé contre le chauffard. Les enquêteurs le cherchent pendant huit mois avant de l'interpeller en août 2020, grâce à la géolocalisation de son smartphone. Il est retrouvé chez l'une des trois personnes interpellés le 1er janvier. Le trentenaire n'avait pas l'intention de se montrer. "Je n'aime pas me livrer", affirme t-il à la présidente du tribunal quand elle lui demande pourquoi il n'a pas répondu aux convocations des gendarmes. 

25 mentions à son casier judiciaire

Le chauffard est un multi-récidiviste. Il porte 25 mentions à son casier judiciaire. La première date de 2004, alors qu'il n'a que 14 ans. Deux ans plus tard, à l'âge de 16 ans, il se retrouve devant un juge des enfants et va en prison pour la première fois.
Des affaires de violence, de vol, de dégradation, de stupéfiants et deux comparutions pour conduite sans permis. "Il ne tire aucune leçon des avertissements de la justice. On est sur une récidive de récidive", affirme la vice-procureur de la République, Margaret Parietti, durant l'audience.

Ma France : Mieux vivre

Après vous avoir interrogés sur les "économies d'énergie", nous avons choisi de nous intéresser à vous, via cette nouvelle consultation citoyenne, lancée avec Make.org . Que faites-vous ou que voudriez-vous faire pour améliorer la qualité de votre quotidien, de votre vie même ? Bien-être, activités physiques, alimentation, activités créatives, voyages, réorientation professionnelle, changement de vie, valeurs familiales, etc. : partagez avec les autres vos bonnes idées, actions et réflexions.

Publicité
Logo France Bleu