Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Le chien qui a mordu une fillette à Carpentras mi-septembre pourrait être euthanasié

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Vaucluse, France Bleu

L'enquête sur le grave incident qui s'est déroulé le 12 septembre à Carpentras se termine. Le couple propriétaire et détenteur du chien sera jugé le 18 janvier prochain pour blessures involontaires avec ITT inférieure à 3 mois par agression d'un chien. La fillette a été gravement mordue au visage.

Photo d'illustration d'un américain Staff
Photo d'illustration d'un américain Staff © Maxppp - .

Carpentras, France

Le couple propriétaire et détenteur du chien qui a mordu une fillette au visage le 12 septembre dernier à Carpentras va être jugé en janvier prochain. Il devra répondre de blessures involontaires, avec ITT inférieure à trois mois, par agression d'un chien. Les faits sont aggravés par deux circonstances : le chien n'était pas muselé et le couple n'avait pas de permis de détention pour ce type de chien. 

Ce jeudi 12 septembre la petite fille de 4 ans était en train de jouer sur une aire de jeu derrière le palais de justice, quand elle est venue caresser le chien. Cet American Staffordshire terrier l'a mordu violemment au visage, entraînant une lésion de 8 cm de profondeur dans la joue et lui arrachant un bout de menton. La petite victime pourrait souffrir d'une infirmité permanente

Le couple propriétaire avait été interpellé dans les heures qui ont suivi, mais par manque de documents et images de vidéosurveillance, l'enquête s'est poursuivie jusqu'à une nouvelle garde à vue ce lundi. Ils risquent cinq ans de prison et ont été placés, en attendant, sous contrôle judiciaire. 

Le chien avait été saisi et placé depuis la mi-septembre dans un refuge. Il a été soumis à des tests de comportements. Les résultats ne sont pas assez rassurants, aussi le parquet a donné l'autorisation à l'autorité administrative de décider prochainement d'une euthanasie. Si le chien est encore vivant d'ici le procès le 18 janvier, les juges pourraient alors aussi décider de le faire euthanasier. La réglementation est très stricte concernant ce type de chien de défense. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu