Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Le collectif à l'origine du squat "La Maison", hébergement collectif pour migrants mineurs menacé d'expulsion

vendredi 14 septembre 2018 à 17:48 Par Rivière Isabelle, France Bleu Poitou

Le collectif "La Maison" s'attend d'un moment à l'autre à être évacué de l'immeuble qu'il squatte à Poitiers pour offrir un toit sécurisant à une vingtaine de migrants mineurs. La justice, saisie en référé, vient d'ordonner une expulsion.

La Maison, squat hébergement collectif pour migrants mineurs
La Maison, squat hébergement collectif pour migrants mineurs © Radio France - Isabelle Rivière

Poitiers, France

C'est la douche froide pour les membres de la Maison. Même s'ils avaient conscience de squatter un immeuble du ministère de la justice, ces Poitevins et Poitevines espéraient vraiment que leur action serait accompagnée voire soutenue par les autorités locales. Dans cet immeuble du quartier du Jardin des plantes, le collectif citoyen a en effet créé un l'hébergement collectif pour migrants mineurs. 

Une soirée de soutien samedi soir

Ses membres voulaient offrir un toit sécurisant aux jeunes africains laissés pour compte de Poitiers, en leur offrant non seulement un abri mais en y organisant la vie et le fonctionnement. Saisie par le ministère de la justice, propriétaire des lieux, la justice vient cependant d'ordonner l'expulsion pure et simple. "La police peut intervenir à tout moment", selon l'avocate du collectif.

La police peut intervenir à tout moment

Une soirée de soutien est organisée ce samedi soir. Le collectif va aussi envoyer un courrier à la préfecture pour indiquer sa position sur cette ordonnance d'expulsion et prouver sa "bonne foi".