Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Incendie de Notre-Dame

A Notre-Dame de Paris comme à l'hôtel de ville de La Rochelle : "Le feu court au-dessus de vos têtes"

mardi 16 avril 2019 à 10:47 Par François Petitdemange et Mélanie Domange, France Bleu La Rochelle

Le colonel Bruno Gervais, des pompiers de la Charente-Maritime, revient pour France Bleu La Rochelle sur les similitudes entre l'incendie de Notre-Dame de Paris et celui de l'hôtel de ville de La Rochelle en juin 2013. "Il faut faire des choix" pour sauver le maximum d'oeuvres d'art.

L'incendie de l'hôtel de ville de La Rochelle en juin 2013
L'incendie de l'hôtel de ville de La Rochelle en juin 2013 © AFP - Xavier Léoty

La Rochelle, France

Le colonel Bruno Gervais commandait les pompiers de la Charente-Maritime au moment de l’incendie de l’hôtel de ville de La Rochelle en juin 2013. Il témoigne sur France Bleu La Rochelle des similitudes avec l'incendie de Notre-Dame de Paris.

J'ai forcément ressenti une émotion, comme tous les Français, et puis une petite connotation particulière, puisqu’il y avait des choses qui ressemblaient étrangement au feu de l'hôtel de ville de La Rochelle. On a un peu le sentiment, en regardant ces images, de revivre, toutes proportions gardées, un événement qu'on avait vécu quelques années précédemment.

Quelles similitudes entre l’incendie de Notre-Dame et celui de La Rochelle ?

Et bien on a affaire au départ à un feu qui part en toiture, et puis une vitesse de propagation du feu qui est assez impressionnante. Pour mémoire, le feu de l'hôtel de ville de La Rochelle, de la toiture, la partie supérieure avait été brûlée en une vingtaine de minutes. Et là on se rend compte aussi, sur la cathédrale de Paris, que la vitesse de déplacement du feu est très impressionnante. Tout va très vite.

Et puis, à travers les témoignages des pompiers, on revit des choses que l’on a vécues, en particulier la sauvegarde des œuvres d'art, qui avait été un moment important sur le feu de l'hôtel de ville de La Rochelle, et qui a aussi été un élément très important dans la lutte contre le feu de Notre-Dame de Paris.

L'incendie de l'hôtel de ville de La Rochelle en juin 2013 - Maxppp
L'incendie de l'hôtel de ville de La Rochelle en juin 2013 © Maxppp - Pascal Couillaud

Qu’est-ce qui est compliqué dans ce type d’intervention ?

Ce qui est compliqué, c'est qu’il faut faire des choix. Il faut faire des choix par rapport au feu qui se déplace et à la possibilité que vous avez de sauver le maximum d’oeuvres. Pour ce faire, on a fort heureusement un certain nombre de plans qui nous disent où sont les œuvres majeures et comment les évacuer le plus rapidement possible. Ce qui est complexe et qui présente des risques, parce que, _pendant que le feu court au-dessus de vos têtes, vous êtes en train de déménager les oeuvres majeures, capitales à préserver pour les générations futures_, et je crois que dans les mêmes conditions, les pompiers de Paris ont été amenés à évacuer les œuvres alors que le feu était au-dessus d’eux, en toiture.

"Pendant que le feu court au-dessus de vos têtes, vous êtes en train de déménager les oeuvres majeures, capitales à préserver pour les générations futures" - le Colonel Bruno Gervais

Il y a aussi le risque d’ébullition des soudures en plomb ?

Le plomb fond très rapidement, à des chaleurs assez basses. Ce n'est pas une problématique qu'on avait sur le feu de l'hôtel de ville de La Rochelle : on avait beaucoup de couvertures en zinc, qui n’ont pas forcément la même réaction au feu. Mais il est clair que si vous intervenez et qu’au-dessus de vous il y a des _écoulements de plomb en fusion_, vous risquez des brûlures et vous risquez des complications. Ce n'est jamais agréable de s'exposer de cette sorte.

Pourquoi ne pas avoir utilisé de Canadairs ?

L’explication, elle est toute simple : un Canadair, ça transporte six tonnes d'eau, et quand vous faites à largage, (même s’il est diffusé, puisqu’il existe des systèmes dans les Canadairs qui permettent de séquencer les largages), vous avez un impact, sur la zone de réception de l'eau, qui est très destructeur. Il faut savoir qu’un Canadair qui largue est capable de couper un arbre qui ferait une dizaine de centimètres de diamètre au niveau du tronc. Donc imaginez l'impact qu’aurait l’eau sur les voûtes, puisque sur le feu de Notre-Dame, la quasi-intégralité des voûtes sont intactes : _on aurait favoriser l'écroulement des voûtes et la ruine de l'édifice_. Ça paraît évident pour les gens qui connaissent, c'est vrai que ça ne l'est pas forcément pour les autres, mais ça présentait un tel risque d'utiliser ce type de méthodes de lutte contre l'incendie, ça paraît complètement inadapté, quand on voit la puissance d'impact qu’à un largage de Canadair au sol.

Et maintenant, que faut-il surveiller ?

Ce qui est à craindre maintenant, et ce qui va nécessiter beaucoup d'attention, c'est la conservation, c'est de savoir si la structure du bâtiment est stable, si elle peut permettre que l’on aille le visiter, et d'identifier les parties qui peuvent menacer ruine. Je voulais vous rappeler que _sur l'hôtel de ville de La Rochelle aussi, pour faire le parallèle, on avait vécu un effondrement d'une partie de la structure_. Je pense qu'ils sont à même de craindre le même phénomène, et il va falloir que les architectes et les personnes compétentes s'assurent que la stabilité du bâtiment est maintenue, pour pouvoir intervenir à l'avenir dessus.

Le colonel Gervais dirigeait les opérations pendant l'incendie de l'hôtel de ville de la Rochelle en 2013. - Radio France
Le colonel Gervais dirigeait les opérations pendant l'incendie de l'hôtel de ville de la Rochelle en 2013. © Radio France - François Petitdemange/SDIS 17

Réécouter l'interview du colonel Gervais :

Le colonel Bruno Gervais expose les similitudes entre les incendies de Notre-Dame et de l'hôtel de ville de La Rochelle